Buggy Experience : le Beaujolais vu en drone

Afin de faire la promotion de notre activité Buggy Experience dans le Beaujolais, nous avons recherché ce qui était existant sur le territoire. Pour voir ce qui avait été fait, pour s’en inspirer ou non, pour connaître la concurrence tout simplement.

Nous le savions déjà mais le Beaujolais est drastiquement pauvre en matière de communication touristique.

Communication de buggy dans le Beaujolais : autoproduction

La meilleure chose était donc de faire nous même. Parce qu’il n’existe pas grand chose. Voire rien du tout.
La meilleure chose était de ne pas demander d’images pour valoriser les paysages beaujolais mais d’aller les chercher nous même et là où elles se trouvent : partout autour de nous.

On a sorti un drone. On ne s’est pas posés plus de questions que ça, on a tourné un peu partout.

On s’est dit « Tiens, ce serait bien de faire ça ». On l’a fait. On s’est dit « tiens, ce serait bien de faire ça aussi ». On l’a fait aussi.

Ça a pris une journée.

On a sorti des anciens savoir-faire de montage. Là aussi, ça a pris une journée. Bon, on est encore un peu rouillés mais ça va revenir avec la pratique.

Et on a sorti ça, une vidéo du Beaujolais en drone afin de valoriser notre nouvelle activité de buggy dans le Beaujolais. Certes, elle est pas propre, l’image est branlante et désynchronisée du son. ON LE SAIT. Certes, il y a 1 500 défauts. Mais avouez que c’est la toute première fois que vous voyez une vidéo de promotion et de communication du Beaujolais qui ne met pas en avant le vin.
Certes, cette vidéo est bourrée de défauts, mais avouez qu’elle fait plus envie de découvrir le Beaujolais en laissant totalement le vin de côté.

Florent Durand

Buggy Experience Beaujolais

Agnès M. se lance dans les cidres et produits normands

Produits de Normandie de la gamme Agnès M. Cidre, pommeau, poiré.

E-vigneron : vente et achat de cidre et produits normands du Cotentin dans le BeaujolaisCommuniqué de presse Agnès M.

Présentation de la société Agnès M.

La société Agnès M. a été fondée en 2015, après 4 années d’une collaboration fructueuse au sein d’une entreprise franco-néerlandaise baptisée Mardi Broussaud SARL. Agnès M. est gérée par Marcel Durand, viticulteur, producteur-récoltant à Lancié dans le Beaujolais depuis 1974.

Depuis 1981, les vins Agnès et Marcel Durand ont investi le Cotentin, en Normandie, région originelle d’Agnès. Il est désormais l’heure de faire entrer les Produits de Normandie en Beaujolais : cidres brut et doux, pommeau (apéritif normand composé de calva et de moût de pommes) et poiré.

Pour ce faire, la société Agnès M. a pris la décision d’importer et de commercialiser en région beaujolaise du cidre, du pommeau et du poiré. La démarche centrale se positionne autour de la valorisation des produits artisanaux.

Les producteurs de produits normands ont été sélectionnés après une phase centrale de dégustation directement dans le Cotentin.

Deux journées de dégustation de produits normands

Afin de proposer au grand public ces nouveautés au sein de la marque Agnès M., la société organisera deux journées portes-ouvertes au début du mois de mai 2016 : les 6 et 7 mai 2016.

Dégustation des Produits de Normandie dans le Beaujolais

Dans la continuité, des dégustations de « Produits de Normandie » seront organisées systématiquement les après-midi du 3ème samedi de chaque mois, de 14 heures à 18 heures à compter du mois de juin 2016.

A ces occasions, le grand public pourra en profiter pour déguster la totalité des produits de la gamme Agnès M.

La volonté de la société Agnès M. est surtout de faire connaître les maisons beaujolaises au grand public, principalement aux milliers de nouveaux arrivants qui n’osent malheureusement pas pousser les portes des caves historiques du vignoble. Par ces actions répétées, Agnès M. espère pouvoir tisser des liens forts et cordiaux avec tous les curieux qui se présenteront à Lancié.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à nous contacter au 04 74 69 81 32 ou par email : marcel@evigneron.com.

SARL Agnès M., immatriculée n°538 087 842 au RCS de Villefranche-Tarare.  137 rue des Trions 69220 Lancié. Tel : 04 74 69 81 32.

Agnès M : la tradition des grands vins

Agnès M, la tradition des grands vins. Beaujolais et Mâconnais.

La société Agnès M. a été récemment créée dans le but de proposer à notre clientèle régulière une plus grande diversité dans nos produits.

Agnès et Marcel Durand sélectionnent pour vous des vins du Beaujolais et vins blancs du Mâconnais. Leur crédo : vous proposer des vins traditionnels de qualité !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la gamme élargie de la marque Agnès M., nous vous invitons à cliquer sur l’image ci-dessous.

Accueil E-vigneron. Page accès Agnès M, tradition des grands vins.

Chambres d’hôtes à Lancié

Découvrez les chambres d'hôtes d'Agnès et Marcel à Lancié, dans le Beaujolais

Vous êtes à la recherche de chambres d’hôtes avec une magnifique vue sur le vignoble Beaujolais ?

Agnès et Marcel Durand, situés à Lancié, vous accueillerons dans leurs deux chambres d’hôtes situées à Lancié. Nous vous invitons à cliquer sur l’image suivante pour accéder à notre espace dédié aux chambres d’hôtes, au tourisme et à l’astronomie dans le Beaujolais.

Au plaisir de vous rencontrez très rapidement !

Chambres d'hôtes dans le Beaujolais, chez Agnès et Marcel Durand à Lancié

Marketing Beaujolais 2015 : un millésime inhabituel à exploiter

Raisin Gamay Beaujolais été 2015

On est en Beaujolais, tout va toujours bien.
L’état réel des grappes dans le Beaujolais, en cet été 2015, est on ne peut plus normal… en tout cas, si l’on en croit les articles écrits à ce sujet après un communiqué de l’InterBeaujolais sur l’état sanitaire des vignes.

Les grappes sont-elles fermées ? Non. Les grappes sont-elles belles ? Encore moins !!!
C’est pourtant ce qui est clamé de partout.

Beaujolais 2015 : la communication du mensonge.

L’InterBeaujolais montre, une fois de plus, son incompétence en matière de communication et de marketing.

D’une part, les vignes ne sont pas en bon état et elles souffrent de la chaleur. Elles ont un besoin d’eau plus qu’évident. Elles se remettront de tout ça sans aucun problème au cours de l’hiver. Mais stop aux conneries.

Non : elles ne sont pas en pleine forme en ce moment-même ! Un article du Patriote Beaujolais du 9 juillet 2015, s’employait néanmoins à rétablir la vérité. Mais ne laissons plus l’InterBeaujolais raconter un tas d’âneries. On est encore dans une communication du mensonge !
Ne les laissons pas dire n’importe quoi au sujet de notre métier dont ils ne connaissent absolument rien ! Quand, en plein mois de juillet, les feuilles jaunissent et tombent, quand les raisins flétrissent, grillent et finissent par tomber également, on ne peut pas dire que tout va bien et que tous les indicateurs concernant la santé de la vigne sont au vert !
Ce serait un mensonge et nous, nous refusons de mentir. L’honnêteté ne paye peut-être plus beaucoup, mais elle a au moins le mérite de rétablir la vérité et de ne pas prendre les clients potentiels pour des cons.

Vous ne nous croyez pas et vous préférez croire ceux qui ne sortent jamais de leur bureau et n’ont jamais foutu les pieds dans des vignes pour y travailler vraiment ?
Très bien : voici quelques preuves. Ces 9 photos de raisins Gamay Beaujolais 2015 ont été prise sur un périmètre d’un peu plus d’1km². Les vignes n’appartiennent pas au même exploitant et ne sont pas orientées dans la même direction. Certaines sont palissées (tenues par des fils de fer), d’autres ne sont pas relevées ni palissées. Certaines ont tout juste 3 ans quand d’autres ont plus de 80 ans.

Raisin Gamay Beaujolais été 2015   Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015

Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015  Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015

Ne dramatisons pas : c’est une bonne nouvelle

Car oui : au lieu de raconter des conneries à qui veut bien les entendre, il est nécessaire d’attirer l’attention sur un point essentiel.
Nous vivons un été jamais vu de mémoire d’Hommes, avec une sécheresse inhabituelle (quasiment pas une goutte de pluie depuis le mois d’avril), des températures au-dessus de 35°C quasiment tous les jours depuis un mois, un épisode caniculaire d’une petite dizaine de jours, à 40°C si ce n’est plus, localement et à l’ombre.

A l’instant où sont écrites ces lignes, il fait encore 34°C à l’ombre (à 14h30 le samedi 11 juillet, à Lancié).

Bref, toutes ces conditions nous mettent sous le nez une évidence : les vins du Beaujolais 2015 vont être exceptionnels ! Nous nous apprêtons à produire des vins que nul n’aura jamais vinifié car les conditions climatiques n’ont jamais été telles qu’elles le sont.

Il n’y aura pas de quantité (c’est quasiment une évidence à ce stade), il n’y aura peut-être pas de qualité sur le long terme non plus – à ce stade nous n’en savons rien. Mais une évidence prend forme : les vins du Beaujolais 2015 seront exceptionnels.

Notre Morgon, cru du Beaujolais, est un vin de caractère.

C’est là-dessus qu’il faut appuyer la communication du Beaujolais 2015 mais sûrement pas sur ce qui est fait actuellement !

Non, tout n’est pas idéal. Non.
Oui, le vignoble souffre de la chaleur, les raisins ont de plus en plus de mal à résister au sec et aux températures qui commencent à devenir insoutenables pour nous aussi. Oui, c’est évident ! Et alors ? En quoi cet épisode doit être caché au public ? Nous devons nous servir de nos faiblesses, quelles qu’elles soient, pour en faire des forces.

Si le millésime 2015 a bien une force à exploiter, c’est l’aspect exceptionnel de cette météo chaude et sèche. Utilisons-la. au lieu de la dissimuler.

Marketing Beaujolais : une idée à la con.

Bouteille de Beaujolais Villages Nouveau 2014 - Agnès et Marcel Durand à Lancié

Le problème du vignoble du Beaujolais est simple à comprendre, dans le fond : tout repose sur une erreur initiale assez grossière.

L’AOC la plus populaire du vignoble a le même nom que le vignoble dans son ensemble. D’un point de vue marketing, c’est grossier. Puisque cet AOC Beaujolais d’où découle l’événement du Beaujolais Nouveau a une réputation désastreuse, tous les vins produits dans le vignoble Beaujolais ressentent les effets de cette calamité.

D’où cette idée à la con : une idée marketing complètement farfelue qui ne vaut pas grand chose mais qui aura au moins le mérite d’avoir été énoncée : il faut soit changer le nom du vignoble (quitte à se rallier à la Bourgogne. De toute manière, on en fait déjà plus ou moins partie par certains aspects), soit changer le nom des AOC portant le nom de Beaujolais (AOC Beaujolais et AOC Beaujolais Villages) pour arrêter de sortir du Beaujolais Nouveau ! A la place, on sort un autre produit dans les pays où il ne fonctionne plus. Dans les pays où ce Beaujolais Nouveau continue à rencontrer du succès, il faut bien évidemment continuer à en vendre.

Cette idée à la con, concernant une potentielle évolution du marketing Beaujolais, vaut ce qu’elle vaut. Mais au moins, on propose des idées publiquement… Quitte à ce qu’elles soient, un jour, entendues.

Comment sauver le Beaujolais ? Sortir de la crise qui sévit très durement en Beaujolais

 

Beaujolais 2015 : une récolte très très précoce

Beaujolais 2015 : des vendanges précoces et un climat très sec

Encore aujourd’hui, il est difficile de dire avec certitude à quelle date commencera la récolte 2015 dans le Beaujolais ! Néanmoins, et c’est acté, il est à peu près sûr de voir les premiers vendangeurs aux alentours du 20 août dans certaines parcelles du vignoble.

La vigne se plaît dans un climat sec et chaud. Néanmoins, cette année 2015 est somme toute exceptionnelle même pour la vigne : il n’a quasiment pas plu depuis le mois d’avril. Si la nature ne décide pas de donner quelques grosses averses d’ici les vendanges, ce sera une année particulière. Peut-être même jamais vue de mémoire d’Homme.

A ce stade, il est légitime de s’inquiéter de la qualité du millésime 2015 sur les vins du Beaujolais ? Difficile à dire. Il est fort à parier que les raisins seront de petite taille, avec de toutes petites baies très peu juteuses. En terme de qualité, cela peut donner des vins exceptionnellement structurés et charpentés comme le strict opposé.

Tout comme nous actuellement, la vigne souffre d’une chaleur étouffante. Cette plante est résistante mais si ces événements climatiques deviennent une habitude, comment évoluera la vigne et comment s’y adaptera-t-elle ?

En terme de comparaison, l’année 2003 était humide et fraîche par rapport à ce que nous vivons. La végétation, absolument pas habituée à ce type de climat, ne résiste pas. De nombreux arbres meurent, tout simplement.

Outre un début de récolte très précoce, nous savons avec certitude que le millésime 2015 sera particulier.
Reste à espérer qu’en plus de la qualité, la quantité soit au rendez-vous.

Réponse d’ici quelques semaines.

En attendant, puisque c’est de saison, nous vous invitons à vous renseigner sur le Beaujolais Villages Rosé produit par notre domaine en cliquant sur le lien suivant.

Entrer en contact avec Agnès et Marcel Durand pour leur Beaujolasi Rosé

L’ODG des Beaujolais-Beaujolais Villages exprime son ras-le-bol

Crise dans le Beaujolais: des problèmes marketing et de communication

[Le communiqué de presse de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages, daté du 1er juillet 2015, est disponible en bas de page].

Ce coup de maître, en matière de stratégie, atteint la perfection. Sébastien Coquard, président de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages nous montre, une fois de plus, son intelligence stratégique qui pourrait permettre, à terme :

  • une refonte totale du vignoble
  • une réforme totale dans la stratégie de communication vieillotte
  • une réunification, donc une unité, entre le Sud et le Nord du Beaujolais.

Si confirmation de scission il y a entre l’ODG Beaujolais/Beaujolais Villages et l’InterBeaujolais, notre chère interprofession sera la seule de France à gérer la communication d’une région viticole sans avoir l’approbation d’une seule AOP du vignoble.
Rappelez-vous en décembre dernier, les 10 crus du Beaujolais claquaient la porte de l’InterBeaujolais pour reprendre la main sur de nombreux volets.

N’est-ce pas là le dernier symptôme d’un vignoble qui s’enlise dans une crise sans précédent car les têtes pensantes ne voient que leurs intérêts élargis ? Le symptôme d’un vignoble mal organisé, jusque là incapable d’aller de l’avant ?
N’est-ce pas là le dernier symptôme qui prouve que notre vignoble est malade par la faute de ces gens qui croient savoir communiquer mais qui sont restés bloqués dans les années 80 ? Des gens qui ne connaissent rien au monde tel qu’il est devenu ?
N’est-ce pas là le dernier symptôme qui prouve l’incapacité manifeste de ces gens qui donnent l’impression de travailler uniquement dans le sens du négoce ?

Nous parlions de la crise dans le Beaujolais, après avoir expliqué assez longuement les raisons de cette crise structurelle, voilà deux ans. Nous sommes ravis de voir qu’hier, le Beaujolais s’est révolté face à un système sclérosé.

Comment sauver le Beaujolais ? Sortir de la crise qui sévit très durement en Beaujolais

Bravo.

 

COMMUNIQUE DE L’ODG BEAUJOLAIS BEAUJOLAIS VILLAGES

1er juillet 2015

                Les membres du collège viticole ont décidé de ne pas siéger au conseil d’administration d’Inter Beaujolais qui devait avoir lieu ce matin même. Voici ce qui motive notre décision. 

Au préalable, rappelons une nouvelle fois que la structuration de la filière toute entière et de la production en particulier, ne nous permettent pas de profiter des signes encourageants du marché. Cette situation découle de plus de dix années de descente aux enfers économique. Les premiers effets de la crise remontent même au milieu des années 1990 avec la disparition d’un grand nombre de négociants de taille moyenne ; marchands de vins qui jouaient pleinement leur rôle d’intermédiaire entre le vigneron et le marché aval. C’est une force de vente que nous n’avons jamais su recréer.

 L’action collective doit permettre d’accompagner les initiatives individuelles mais ne doit pas se substituer à elles ou suppléer leurs lacunes. Cela dit, les institutions ne servent-elles pas à faire de la prospective et anticiper les évolutions à long terme en donnant un cap?  

Nous traversons une crise institutionnelle majeure qui ne touche pas que l’UVB et les ODG. Nous avons à plusieurs reprises souligné l’échec du dialogue interprofessionnel qui ne nous permet pas de dégager une stratégie commune. Il semblerait que les stratégies individuelles, parfois totalement opposées, soient prépondérantes dans nos discussions au détriment d’une vision partagée.

                Force est de constater également que la communication et la promotion mise en œuvre par Inter Beaujolais ne permet pas de relancer les ventes dont les volumes ont été divisés par deux en 10 ans. En dehors des vins nouveaux, les AOC Beaujolais et Beaujolais Villages disparaissent progressivement de la communication interprofessionnelle. La construction de l’image des Crus du Beaujolais se fait en opposition au Beaujolais Nouveau et, de fait, à la marque mère « Beaujolais », ce qui est préjudiciable à l’ensemble de la gamme et à sa lisibilité par le consommateur.

 Nous avons sollicité Inter Beaujolais afin de travailler sur une nouvelle stratégie globale et un nouveau mode d’organisation. Nous n’avons pas de réponse satisfaisante, tout au plus quelques pis-aller loin d’être à la hauteur des enjeux.  Nous sommes en désaccord sur le budget interprofessionnel 2015/2016 largement déficitaire et qui fait apparaître des coupes sombres sur les actions de promotion alors même qu’on ne remet pas en cause le financement de l’Union des Maisons de Vins Beaujolais Macônnais qui n’est plus prioritaire face à un tel déficit.

 D’autres interprofessions fonctionnent différemment. Il faut donc modifier le fonctionnement de notre interprofession. C’est le sens des propositions que nous faisons depuis plusieurs mois. Elles n’ont jamais été entendues par la famille négoce et par la direction de l’interprofession.

                  Nous voulons à l’avenir redonner des moyens aux entreprises pour qu’elles puissent investir dans le développement des ventes. Car c’est le cœur de nos maux : structurer et développer les ventes, donner des moyens à des marques commerciales fortes.

                  Avant d’en arriver là, nous avons tenté par tous les moyens d’obtenir une prise de conscience collective des enjeux pour notre filière. Nous ne voulons pas rester dans une situation de blocage mais que notre projet soit enfin pris en considération.

Ceci est un préalable à notre retour.

C’est pourquoi, s’il le faut, nous demanderons à l’Etat d’animer et d’arbitrer les débats interprofessionnels.

Nous vous tiendrons informés des orientations que nous choisirons.

 

                                                                 Le Président de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages,

                                                                 Sébastien Coquard

 

 

En accord sur bon nombre de ces sujets, l’ODG des Crus s’associe à la décision collective de la famille viticole.

 

ODG BEAUJOLAIS BEAUJOLAIS VILLAGES – 210 Boulevard Victor Vermorel –
CS 40318 – 69661  – Villefranche Sur Saône Cedex
Tél. 04 74 02 22 20 – bbva
@beaujolais.com

Vinification Beaujolais : comment produit-on le Beaujolais Rosé ?

Comment est fait le Beaujolais Rosé ? Processus de vinification du Beaujolais Rosé avec Agnès et Marcel Durand

Nous nous souvenons parfaitement de ces vendangeurs qui, médusés, découvraient le processus de vinification du Beaujolais Rosé.

Comme pour tous les vins rosé, d’ailleurs, ils étaient persuadés que la fabrication découlait d’un secret d’alchimiste venant d’un mélange savant de vin blanc et de vin rouge.

Un verre de Beaujolais Rosé. Vins du Beaujolais Agnès et Marcel DurandCela nous faisait sourire, voire rire, évidemment… jusque récemment. Si des vendangeurs d’une petite vingtaine d’années pensaient que le processus de vinification du Beaujolais Rosé se résumait à un savant mélange digne d’un enfant de 5 ans, que pouvaient penser leurs parents ? Si ces personnes n’avaient pas fait les vendanges dans le Beaujolais et vu de leurs yeux la méthode de vinification du Beaujolais Rosé, n’auraient-ils pas continué toute leur vie à croire en ce mélange ?

Là encore, nous sommes face à un déficit de communication. Et cela n’a rien de drôle !

Sachez-le : le Beaujolais Rosé est né d’une technique de vinification du Beaujolais totalement différente de la méthode traditionnelle. Laissez-nous résumer tout ça de manière schématique.

D’ordinaire, dans le vignoble Beaujolais, les grappes de raisin sont mises en cuve dès qu’elles sont récoltées. C’est à partir de ce moment qu’intervient la fermentation alcoolique : le sucre va se transformer en alcool au fil des heures et le jus va se teinter d’une couleur très vive, entre le violet, le rose et le rouge. Dès que la fermentation alcoolique est terminée, le raisin va terminer dans le pressoir pour en extraire tout le jus, puis un nouveau type de fermentation va intervenir : la fermentation malolactique.

Pour le Beaujolais Rosé, ce n’est pas pareil. A peine cueillies et arrivées au cuvage, les grappes vont être pressées. Il leur est impossible de prendre de la couleur car ce sont, notamment, la peau et la pulpe du raisin (les anthocyanes sans rentrer des détails plus techniques) en cours de fermentation alcoolique qui colorent le vin. La méthode de vinification du Beaujolais Rosé n’a donc rien à voir !

Une chose est cependant sûre et certaine : elle n’est pas issue d’un mélange de blanc et de rouge. Ca, non.

Entrer en contact avec Agnès et Marcel Durand pour leur Beaujolasi Rosé

Dans le vignoble beaujolais, nous utilisons le cépage (la race du plant de vigne) nommé « Gamay noir à jus blanc ». Comme son nom l’indique, le raisin est noir, mais son jus est blanc. Ou très peu coloré. Ce qui signifie ce que ça signifie : dès qu’on le presse et sans fermentation alcoolique, le jus du raisin est blanc.

Il n’est pas rouge, ni noir, ni vert, ni rose. Il est blanc. C’est à la suite d’autres processus de vinification assez techniques que ce jus blanc de raisin noir deviendra du vin rosé.

Valeur d’une bouteille vin : pourquoi est-ce si dur à trouver ?

Valeur d'une bouteille de vin : pourquoi est-ce si difficile ? De vieilles bouteilles de Beaujolais

Trouver la valeur d’une bouteille de vin est une mission complexe pour les amateurs.

En effet, bien peu de sites sérieux sont spécialisés dans ce genre de données. On peut aisément comprendre les raisons :

  • multiplicité des AOP, AOC et autres types d’appellations ;
  • multitude de producteurs pour chaque type d’appellation ;
  • difficulté à estimer la qualité du vin de tous les producteurs afin d’établir un classement entre eux ;
  • du point précédent découle une impossibilité de définir des estimatifs de prix ;
  • certains vins ne se trouvent plus sur le marché du vin car le producteur est à la retraite ou est disparu ;
  • certains vins ne se trouvent plus sur le marché du vin car le producteur a cessé d’exercer ;
  • à chaque région viticole, à chaque appellation, à chaque terroir, le millésime diffère en qualité, etc.

Trouver la valeur d’une bouteille de vin revêt bien des difficultés. Néanmoins, et grâce à notre réseau, nous nous employons à répondre à chacune des demandes qui nous sont envoyées.
Nous faisons à chaque fois notre maximum pour trouver la valeur d’une bouteille de vin !

Valeur d'une bouteille de vin : estimation du prix de la bouteille de vin

Pour entrer en contact avec nous et recevoir une réponse dans les plus brefs délais, nous vous invitons à nous laisser un commentaire avec une adresse mail valide. Dans les jours qui suivent et après une recherche approfondie, vous recevrez votre réponse par l’intermédiaire de cette adresse e-mail.

Si nous ne pouvons trouver la valeur d’une bouteille de vin, nous vous dirigerons vers le commissaire-priseur le plus proche de votre domicile.

Chambres d’hôtes Beaujolais : timelapse d’un coucher de soleil.

Chambres d'hôtes dans le Beaujolais : un coucher de soleil sur le Beaujolais pris en photo et monté en vidéo timelapse coucher de soleil

C’est un coup de chance plus qu’autre chose.
Le ciel aurait très bien pu ne pas devenir rouge, hier soir, lorsque j’ai décidé de réaliser ces quelques 550 photos du coucher de soleil, dans le but de réaliser ce timelapse.

Qu’est-ce qu’un timelapse ? C’est simple. Il s’agit de photos mises bout à bout dont le but est de donner l’impression qu’il s’agit d’un film. On espace les prises de vue et on répète jusqu’à ce qu’on ait assez de photos à compiler pour avoir un petit film. C’est très simple à réaliser, encore faut-il en avoir le courage et l’envie. La seule limite, ici, est la qualité du timelapse de coucher de soleil réalisé. Un logiciel gratuit ne peut pas faire de miracles, il est vrai.

Aujourd’hui, je vous propose ce timelapse sur le coucher de soleil d’hier soir -soit le 12 mai 215. Il s’agit de la vue que nous avons depuis nos chambres d’hôtes dans le Beaujolais.

Si vous souhaitez nous rendre visite dans nos chambres d’hôtes, dans le Beaujolais à Lancié, et assister à un joli coucher de soleil comme celui d’hier soir, vous pouvez nous contacter au 04 74 69 81 32.

Nous nous ferons un plaisir de vous accueillir dans nos 2 chambres d’hôtes, au coeur du Beaujolais.

Et maintenant, place à la vidéo. Un petit conseil avant toute chose : cliquez sur « HD », en bas du lecteur vidéo, sans attendre. La qualité de ce timelapse de coucher de soleil sur le Beaujolais sera un peu meilleure.

Le coucher de soleil d’hier soir. Ca devrait vous faire envie…La qualité n’étant pas géniale, je vous invité à cliquer sur « HD » en bas du lecteur vidéo, pour que ce soit un peu mieux…

Posted by Vins Agnès et Marcel Durand on mercredi 13 mai 2015

Grande Nouvelle : les vins du Beaujolais savent vieillir !

Pourquoi un ton sarcastique dès le titre de ce papier ? Car, en temps que producteurs de vins du Beaujolais, nous le savons depuis des années et nous l’affirmons à qui veut bien nous croire. Mais puisque la presse le dit (enfin!), peut-être va-t-on finir par nous accorder du crédit ! Après tout, ce sont bien eux qui passent leurs journées dans nos vignes ou dans nos chais.

Les vins du Beaujolais savent vieillir, et parfaitement. Évidemment, tout dépendra du millésime et de nombreux autres facteurs. Évidemment, toutes les années ne se valent pas. Mais c’est exactement pareil pour tous les vins de France et d’ailleurs.

Le problème, c’est que nous, dans le Beaujolais, on a cette image de vin qui doit se boire vite. Cette image liée à la commercialisation et la communication outrancière autour du Beaujolais Nouveau. Cette image qui insinue que les vins du Beaujolais ne savent pas vieillir. Avez-vous déjà vu une affiche prétendant qu’un Morgon a un potentiel de garde exceptionnel ? Saviez-vous même, jusque-là, situer un Morgon ou un Moulin à Vent dans le Beaujolais ?

Le Morgon est un cru du Beaujolais - Agnès et Marcel Durand produisent ce vin au caractère racé ! Le Moulin à Vent dans le Beaujolais est l'un des vins du Beaujolais les plus célèbres !

Dans l’esprit du commun des mortels, quand on achète un vin du Beaujolais, il faut le boire dans la demi-heure sous peine de se voir transformer en monstre à 3 têtes (une référence au fameux mal de tête évoqué par ceux qui boivent un peu trop de Beaujolais Nouveau -mais c’est la faute du bisulfite que les méchants producteurs mettent dans le vin pour que les gens aient mal à la tête, exprès) . Dans l’esprit du commun des mortels, les vins du Beaujolais se résument au Beaujolais Nouveau, et toujours et encore au Beaujolais Nouveau.

Nous, on n’aime pas le Beaujolais Nouveau. Pour être honnêtes, on en parle parce qu’on sait qu’on attirera des lecteurs, mais c’est tout.
On ne défend plus ce non-événement depuis bien longtemps. Pire, on ose défendre l’idée qu’il faudrait penser un peu plus loin dans le temps et arrêter de miser tout l’avenir du vignoble Beaujolais sur ce vin sans caractère.

Sortir de la crise dans le Beaujolais : des pistes pour réformer le Beaujolais. Marketing et vin de France

Nous, à Lancié dans le Beaujolais, on préfère les vins de garde. Nous avons encore des bouteilles de Morgon 2009 qui se bonifient avec le temps ! Si on cherche bien, on doit pouvoir vous retrouver du 2005, du 2001 ou du 1999 ! Et on vous garantie que ces vins sont excellents ! Donc oui, les vins du Beaujolais savent vieillir !

Les principaux critères pour qu’un vin du Beaujolais puisse vieillir

Comme nous le disions en début d’article, de nombreux facteurs entrent en compte dans le potentiel de garde d’un vin (qu’il soit du Beaujolais, ou d’ailleurs).

  1. Le millésime c’est l’année de la récolte du raisin qui a servi à produire ce vin. Certains millésimes sont propices à un bon vieillissement. Si vous avez de vieilles bouteilles dont l’année se termine par un 5 ou par un 9, vous êtes presque sûrs d’avoir un véritable petit trésor dans votre cave. Nous avons coutume de dire qu’un Morgon 2009 pourrait se boire sans aucun problème jusqu’en 2036. Mais tout dépend des conditions de conservation ;

    Vous en doutiez mais la presse l'a affirmé : les vins du Beaujolais peuvent parfaitement vieillir !

    Copyright : Florent Durand – http://communication-beaujolais.com

  2. Si vous avez une cave, où l’air circule mais pas trop, vous avez de la chance ! C’est dans ces conditions que le vin peut se garder des décennies ! Une cave très doucement aérée, avec une température ambiante stable toute l’année, offre des potentiels de vieillissement exceptionnels ;
  3. Sachez prendre de bonnes habitudes tout de suite ! Si vous avez été attentifs, vous aurez remarqué que les vignerons vous livrent leurs vins en carton. Dans ce carton, les bouteilles sont couchées ! Ce n’est pas pour rien. C’est dans cette position que le vin vieillira le mieux car le bouchon nécessite d’avoir un contact avec le vin. S’il sèche, il deviendra poreux et de l’air rentrera à l’intérieur de la bouteille… Mauvaise chose : l’oxydation n’est pas loin. Vous ne nous croyez pas ? En grande surface, les bonnes bouteilles (celles à plus de 10 € l’unité généralement) sont toutes couchées… Tandis que les autres restent debout. Ce n’est pas un hasard… ;
  4. Pour faire vieillir un vin comme il faut, il vous faut également éviter d’être trop maniaques de la poussière : une fois votre bouteille entreposée, ne la touchez plus jusqu’à ce que vous la débouchiez ! Inutile de faire la poussière toutes les semaines ou même tous les 5 ans : ce serait remuer le vin pour rien ! Et puis une vieille bouteille poussiéreuse, ça a quand même plus de gueule qu’une bouteille toute propre ! ;
  5. Le dernier des critères -et non des moindres- est le savoir-faire du vigneron ! Certains savent produire des vins de garde quand d’autres sauront produire du vin à grande échelle. C’est un facteur essentiel si vous souhaitez faire vieillir votre vin. Si le producteur n’aime pas les vins de garde, il y a peu de chance pour qu’il sache comment en élever. Ca semble évident, mais si vous êtes de ceux qui achètent leur vin en direct, n’hésitez pas à poser la question « Et vous, vous aimez les vins de garde, généralement ? » . Vous aurez, tout de suite, une idée sur le potentiel de garde du vin que vous êtes sur le point d’acquérir !

Pour conclure, nous tenons néanmoins à remercier la presse d’avoir enfin osé affirmer que les vins du Beaujolais savent vieillir ! Nous avons pleinement conscience que nous devons absolument changer l’image liée aux vins produits dans notre vignoble et sommes reconnaissants à la presse de relayer cette nouvelle façon de voir les vins du Beaujolais !