Marketing Beaujolais 2015 : un millésime inhabituel à exploiter

Raisin Gamay Beaujolais été 2015

On est en Beaujolais, tout va toujours bien.
L’état réel des grappes dans le Beaujolais, en cet été 2015, est on ne peut plus normal… en tout cas, si l’on en croit les articles écrits à ce sujet après un communiqué de l’InterBeaujolais sur l’état sanitaire des vignes.

Les grappes sont-elles fermées ? Non. Les grappes sont-elles belles ? Encore moins !!!
C’est pourtant ce qui est clamé de partout.

Beaujolais 2015 : la communication du mensonge.

L’InterBeaujolais montre, une fois de plus, son incompétence en matière de communication et de marketing.

D’une part, les vignes ne sont pas en bon état et elles souffrent de la chaleur. Elles ont un besoin d’eau plus qu’évident. Elles se remettront de tout ça sans aucun problème au cours de l’hiver. Mais stop aux conneries.

Non : elles ne sont pas en pleine forme en ce moment-même ! Un article du Patriote Beaujolais du 9 juillet 2015, s’employait néanmoins à rétablir la vérité. Mais ne laissons plus l’InterBeaujolais raconter un tas d’âneries. On est encore dans une communication du mensonge !
Ne les laissons pas dire n’importe quoi au sujet de notre métier dont ils ne connaissent absolument rien ! Quand, en plein mois de juillet, les feuilles jaunissent et tombent, quand les raisins flétrissent, grillent et finissent par tomber également, on ne peut pas dire que tout va bien et que tous les indicateurs concernant la santé de la vigne sont au vert !
Ce serait un mensonge et nous, nous refusons de mentir. L’honnêteté ne paye peut-être plus beaucoup, mais elle a au moins le mérite de rétablir la vérité et de ne pas prendre les clients potentiels pour des cons.

Vous ne nous croyez pas et vous préférez croire ceux qui ne sortent jamais de leur bureau et n’ont jamais foutu les pieds dans des vignes pour y travailler vraiment ?
Très bien : voici quelques preuves. Ces 9 photos de raisins Gamay Beaujolais 2015 ont été prise sur un périmètre d’un peu plus d’1km². Les vignes n’appartiennent pas au même exploitant et ne sont pas orientées dans la même direction. Certaines sont palissées (tenues par des fils de fer), d’autres ne sont pas relevées ni palissées. Certaines ont tout juste 3 ans quand d’autres ont plus de 80 ans.

Raisin Gamay Beaujolais été 2015   Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015

Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015  Raisin Gamay Beaujolais été 2015 Raisin Gamay Beaujolais été 2015

Ne dramatisons pas : c’est une bonne nouvelle

Car oui : au lieu de raconter des conneries à qui veut bien les entendre, il est nécessaire d’attirer l’attention sur un point essentiel.
Nous vivons un été jamais vu de mémoire d’Hommes, avec une sécheresse inhabituelle (quasiment pas une goutte de pluie depuis le mois d’avril), des températures au-dessus de 35°C quasiment tous les jours depuis un mois, un épisode caniculaire d’une petite dizaine de jours, à 40°C si ce n’est plus, localement et à l’ombre.

A l’instant où sont écrites ces lignes, il fait encore 34°C à l’ombre (à 14h30 le samedi 11 juillet, à Lancié).

Bref, toutes ces conditions nous mettent sous le nez une évidence : les vins du Beaujolais 2015 vont être exceptionnels ! Nous nous apprêtons à produire des vins que nul n’aura jamais vinifié car les conditions climatiques n’ont jamais été telles qu’elles le sont.

Il n’y aura pas de quantité (c’est quasiment une évidence à ce stade), il n’y aura peut-être pas de qualité sur le long terme non plus – à ce stade nous n’en savons rien. Mais une évidence prend forme : les vins du Beaujolais 2015 seront exceptionnels.

Notre Morgon, cru du Beaujolais, est un vin de caractère.

C’est là-dessus qu’il faut appuyer la communication du Beaujolais 2015 mais sûrement pas sur ce qui est fait actuellement !

Non, tout n’est pas idéal. Non.
Oui, le vignoble souffre de la chaleur, les raisins ont de plus en plus de mal à résister au sec et aux températures qui commencent à devenir insoutenables pour nous aussi. Oui, c’est évident ! Et alors ? En quoi cet épisode doit être caché au public ? Nous devons nous servir de nos faiblesses, quelles qu’elles soient, pour en faire des forces.

Si le millésime 2015 a bien une force à exploiter, c’est l’aspect exceptionnel de cette météo chaude et sèche. Utilisons-la. au lieu de la dissimuler.

Marketing Beaujolais : une idée à la con.

Bouteille de Beaujolais Villages Nouveau 2014 - Agnès et Marcel Durand à Lancié

Le problème du vignoble du Beaujolais est simple à comprendre, dans le fond : tout repose sur une erreur initiale assez grossière.

L’AOC la plus populaire du vignoble a le même nom que le vignoble dans son ensemble. D’un point de vue marketing, c’est grossier. Puisque cet AOC Beaujolais d’où découle l’événement du Beaujolais Nouveau a une réputation désastreuse, tous les vins produits dans le vignoble Beaujolais ressentent les effets de cette calamité.

D’où cette idée à la con : une idée marketing complètement farfelue qui ne vaut pas grand chose mais qui aura au moins le mérite d’avoir été énoncée : il faut soit changer le nom du vignoble (quitte à se rallier à la Bourgogne. De toute manière, on en fait déjà plus ou moins partie par certains aspects), soit changer le nom des AOC portant le nom de Beaujolais (AOC Beaujolais et AOC Beaujolais Villages) pour arrêter de sortir du Beaujolais Nouveau ! A la place, on sort un autre produit dans les pays où il ne fonctionne plus. Dans les pays où ce Beaujolais Nouveau continue à rencontrer du succès, il faut bien évidemment continuer à en vendre.

Cette idée à la con, concernant une potentielle évolution du marketing Beaujolais, vaut ce qu’elle vaut. Mais au moins, on propose des idées publiquement… Quitte à ce qu’elles soient, un jour, entendues.

Comment sauver le Beaujolais ? Sortir de la crise qui sévit très durement en Beaujolais

 

L’ODG des Beaujolais-Beaujolais Villages exprime son ras-le-bol

Crise dans le Beaujolais: des problèmes marketing et de communication

[Le communiqué de presse de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages, daté du 1er juillet 2015, est disponible en bas de page].

Ce coup de maître, en matière de stratégie, atteint la perfection. Sébastien Coquard, président de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages nous montre, une fois de plus, son intelligence stratégique qui pourrait permettre, à terme :

  • une refonte totale du vignoble
  • une réforme totale dans la stratégie de communication vieillotte
  • une réunification, donc une unité, entre le Sud et le Nord du Beaujolais.

Si confirmation de scission il y a entre l’ODG Beaujolais/Beaujolais Villages et l’InterBeaujolais, notre chère interprofession sera la seule de France à gérer la communication d’une région viticole sans avoir l’approbation d’une seule AOP du vignoble.
Rappelez-vous en décembre dernier, les 10 crus du Beaujolais claquaient la porte de l’InterBeaujolais pour reprendre la main sur de nombreux volets.

N’est-ce pas là le dernier symptôme d’un vignoble qui s’enlise dans une crise sans précédent car les têtes pensantes ne voient que leurs intérêts élargis ? Le symptôme d’un vignoble mal organisé, jusque là incapable d’aller de l’avant ?
N’est-ce pas là le dernier symptôme qui prouve que notre vignoble est malade par la faute de ces gens qui croient savoir communiquer mais qui sont restés bloqués dans les années 80 ? Des gens qui ne connaissent rien au monde tel qu’il est devenu ?
N’est-ce pas là le dernier symptôme qui prouve l’incapacité manifeste de ces gens qui donnent l’impression de travailler uniquement dans le sens du négoce ?

Nous parlions de la crise dans le Beaujolais, après avoir expliqué assez longuement les raisons de cette crise structurelle, voilà deux ans. Nous sommes ravis de voir qu’hier, le Beaujolais s’est révolté face à un système sclérosé.

Comment sauver le Beaujolais ? Sortir de la crise qui sévit très durement en Beaujolais

Bravo.

 

COMMUNIQUE DE L’ODG BEAUJOLAIS BEAUJOLAIS VILLAGES

1er juillet 2015

                Les membres du collège viticole ont décidé de ne pas siéger au conseil d’administration d’Inter Beaujolais qui devait avoir lieu ce matin même. Voici ce qui motive notre décision. 

Au préalable, rappelons une nouvelle fois que la structuration de la filière toute entière et de la production en particulier, ne nous permettent pas de profiter des signes encourageants du marché. Cette situation découle de plus de dix années de descente aux enfers économique. Les premiers effets de la crise remontent même au milieu des années 1990 avec la disparition d’un grand nombre de négociants de taille moyenne ; marchands de vins qui jouaient pleinement leur rôle d’intermédiaire entre le vigneron et le marché aval. C’est une force de vente que nous n’avons jamais su recréer.

 L’action collective doit permettre d’accompagner les initiatives individuelles mais ne doit pas se substituer à elles ou suppléer leurs lacunes. Cela dit, les institutions ne servent-elles pas à faire de la prospective et anticiper les évolutions à long terme en donnant un cap?  

Nous traversons une crise institutionnelle majeure qui ne touche pas que l’UVB et les ODG. Nous avons à plusieurs reprises souligné l’échec du dialogue interprofessionnel qui ne nous permet pas de dégager une stratégie commune. Il semblerait que les stratégies individuelles, parfois totalement opposées, soient prépondérantes dans nos discussions au détriment d’une vision partagée.

                Force est de constater également que la communication et la promotion mise en œuvre par Inter Beaujolais ne permet pas de relancer les ventes dont les volumes ont été divisés par deux en 10 ans. En dehors des vins nouveaux, les AOC Beaujolais et Beaujolais Villages disparaissent progressivement de la communication interprofessionnelle. La construction de l’image des Crus du Beaujolais se fait en opposition au Beaujolais Nouveau et, de fait, à la marque mère « Beaujolais », ce qui est préjudiciable à l’ensemble de la gamme et à sa lisibilité par le consommateur.

 Nous avons sollicité Inter Beaujolais afin de travailler sur une nouvelle stratégie globale et un nouveau mode d’organisation. Nous n’avons pas de réponse satisfaisante, tout au plus quelques pis-aller loin d’être à la hauteur des enjeux.  Nous sommes en désaccord sur le budget interprofessionnel 2015/2016 largement déficitaire et qui fait apparaître des coupes sombres sur les actions de promotion alors même qu’on ne remet pas en cause le financement de l’Union des Maisons de Vins Beaujolais Macônnais qui n’est plus prioritaire face à un tel déficit.

 D’autres interprofessions fonctionnent différemment. Il faut donc modifier le fonctionnement de notre interprofession. C’est le sens des propositions que nous faisons depuis plusieurs mois. Elles n’ont jamais été entendues par la famille négoce et par la direction de l’interprofession.

                  Nous voulons à l’avenir redonner des moyens aux entreprises pour qu’elles puissent investir dans le développement des ventes. Car c’est le cœur de nos maux : structurer et développer les ventes, donner des moyens à des marques commerciales fortes.

                  Avant d’en arriver là, nous avons tenté par tous les moyens d’obtenir une prise de conscience collective des enjeux pour notre filière. Nous ne voulons pas rester dans une situation de blocage mais que notre projet soit enfin pris en considération.

Ceci est un préalable à notre retour.

C’est pourquoi, s’il le faut, nous demanderons à l’Etat d’animer et d’arbitrer les débats interprofessionnels.

Nous vous tiendrons informés des orientations que nous choisirons.

 

                                                                 Le Président de l’ODG Beaujolais Beaujolais Villages,

                                                                 Sébastien Coquard

 

 

En accord sur bon nombre de ces sujets, l’ODG des Crus s’associe à la décision collective de la famille viticole.

 

ODG BEAUJOLAIS BEAUJOLAIS VILLAGES – 210 Boulevard Victor Vermorel –
CS 40318 – 69661  – Villefranche Sur Saône Cedex
Tél. 04 74 02 22 20 – bbva
@beaujolais.com

Grande Nouvelle : les vins du Beaujolais savent vieillir !

Pourquoi un ton sarcastique dès le titre de ce papier ? Car, en temps que producteurs de vins du Beaujolais, nous le savons depuis des années et nous l’affirmons à qui veut bien nous croire. Mais puisque la presse le dit (enfin!), peut-être va-t-on finir par nous accorder du crédit ! Après tout, ce sont bien eux qui passent leurs journées dans nos vignes ou dans nos chais.

Les vins du Beaujolais savent vieillir, et parfaitement. Évidemment, tout dépendra du millésime et de nombreux autres facteurs. Évidemment, toutes les années ne se valent pas. Mais c’est exactement pareil pour tous les vins de France et d’ailleurs.

Le problème, c’est que nous, dans le Beaujolais, on a cette image de vin qui doit se boire vite. Cette image liée à la commercialisation et la communication outrancière autour du Beaujolais Nouveau. Cette image qui insinue que les vins du Beaujolais ne savent pas vieillir. Avez-vous déjà vu une affiche prétendant qu’un Morgon a un potentiel de garde exceptionnel ? Saviez-vous même, jusque-là, situer un Morgon ou un Moulin à Vent dans le Beaujolais ?

Le Morgon est un cru du Beaujolais - Agnès et Marcel Durand produisent ce vin au caractère racé ! Le Moulin à Vent dans le Beaujolais est l'un des vins du Beaujolais les plus célèbres !

Dans l’esprit du commun des mortels, quand on achète un vin du Beaujolais, il faut le boire dans la demi-heure sous peine de se voir transformer en monstre à 3 têtes (une référence au fameux mal de tête évoqué par ceux qui boivent un peu trop de Beaujolais Nouveau -mais c’est la faute du bisulfite que les méchants producteurs mettent dans le vin pour que les gens aient mal à la tête, exprès) . Dans l’esprit du commun des mortels, les vins du Beaujolais se résument au Beaujolais Nouveau, et toujours et encore au Beaujolais Nouveau.

Nous, on n’aime pas le Beaujolais Nouveau. Pour être honnêtes, on en parle parce qu’on sait qu’on attirera des lecteurs, mais c’est tout.
On ne défend plus ce non-événement depuis bien longtemps. Pire, on ose défendre l’idée qu’il faudrait penser un peu plus loin dans le temps et arrêter de miser tout l’avenir du vignoble Beaujolais sur ce vin sans caractère.

Sortir de la crise dans le Beaujolais : des pistes pour réformer le Beaujolais. Marketing et vin de France

Nous, à Lancié dans le Beaujolais, on préfère les vins de garde. Nous avons encore des bouteilles de Morgon 2009 qui se bonifient avec le temps ! Si on cherche bien, on doit pouvoir vous retrouver du 2005, du 2001 ou du 1999 ! Et on vous garantie que ces vins sont excellents ! Donc oui, les vins du Beaujolais savent vieillir !

Les principaux critères pour qu’un vin du Beaujolais puisse vieillir

Comme nous le disions en début d’article, de nombreux facteurs entrent en compte dans le potentiel de garde d’un vin (qu’il soit du Beaujolais, ou d’ailleurs).

  1. Le millésime c’est l’année de la récolte du raisin qui a servi à produire ce vin. Certains millésimes sont propices à un bon vieillissement. Si vous avez de vieilles bouteilles dont l’année se termine par un 5 ou par un 9, vous êtes presque sûrs d’avoir un véritable petit trésor dans votre cave. Nous avons coutume de dire qu’un Morgon 2009 pourrait se boire sans aucun problème jusqu’en 2036. Mais tout dépend des conditions de conservation ;

    Vous en doutiez mais la presse l'a affirmé : les vins du Beaujolais peuvent parfaitement vieillir !

    Copyright : Florent Durand – http://communication-beaujolais.com

  2. Si vous avez une cave, où l’air circule mais pas trop, vous avez de la chance ! C’est dans ces conditions que le vin peut se garder des décennies ! Une cave très doucement aérée, avec une température ambiante stable toute l’année, offre des potentiels de vieillissement exceptionnels ;
  3. Sachez prendre de bonnes habitudes tout de suite ! Si vous avez été attentifs, vous aurez remarqué que les vignerons vous livrent leurs vins en carton. Dans ce carton, les bouteilles sont couchées ! Ce n’est pas pour rien. C’est dans cette position que le vin vieillira le mieux car le bouchon nécessite d’avoir un contact avec le vin. S’il sèche, il deviendra poreux et de l’air rentrera à l’intérieur de la bouteille… Mauvaise chose : l’oxydation n’est pas loin. Vous ne nous croyez pas ? En grande surface, les bonnes bouteilles (celles à plus de 10 € l’unité généralement) sont toutes couchées… Tandis que les autres restent debout. Ce n’est pas un hasard… ;
  4. Pour faire vieillir un vin comme il faut, il vous faut également éviter d’être trop maniaques de la poussière : une fois votre bouteille entreposée, ne la touchez plus jusqu’à ce que vous la débouchiez ! Inutile de faire la poussière toutes les semaines ou même tous les 5 ans : ce serait remuer le vin pour rien ! Et puis une vieille bouteille poussiéreuse, ça a quand même plus de gueule qu’une bouteille toute propre ! ;
  5. Le dernier des critères -et non des moindres- est le savoir-faire du vigneron ! Certains savent produire des vins de garde quand d’autres sauront produire du vin à grande échelle. C’est un facteur essentiel si vous souhaitez faire vieillir votre vin. Si le producteur n’aime pas les vins de garde, il y a peu de chance pour qu’il sache comment en élever. Ca semble évident, mais si vous êtes de ceux qui achètent leur vin en direct, n’hésitez pas à poser la question « Et vous, vous aimez les vins de garde, généralement ? » . Vous aurez, tout de suite, une idée sur le potentiel de garde du vin que vous êtes sur le point d’acquérir !

Pour conclure, nous tenons néanmoins à remercier la presse d’avoir enfin osé affirmer que les vins du Beaujolais savent vieillir ! Nous avons pleinement conscience que nous devons absolument changer l’image liée aux vins produits dans notre vignoble et sommes reconnaissants à la presse de relayer cette nouvelle façon de voir les vins du Beaujolais !

[Webmarketing et Vin] Une fois n’est pas coutume, on aime bien.

Beaujolais Nouveau 2015 : un site entièrement dédié !

C’est cohérent. C’est propre (graphiquement parlant. Parce que techniquement parlant, il suffit de faire un tour dans le code pour voir les limites du truc). C’est suffisamment jeune et vieux à la fois pour pouvoir plaire à pas mal de monde ! Et ça a même un site internet dédié !!!

« Ca », c’est le Beaujolais Nouveau 2015 ! A croire que l’InterBeaujolais, sur qui on n’arrête pas de taper (mais c’est pour notre bien), a décidé de se mettre à la page ! Hier, nous avons vu le visuel de promotion du Beaujolais Nouveau 2015. Comme nous ne savons pas si nous avons le droit de vous le révéler (question de droits d’auteur), on le tient secret pour l’instant. Mais il est dans la même veine que ce site inespéré, dédié totalement au Beaujolais Nouveau ! Reste à voir le contenu…

Au passage, sachez que la date de sortie du Beaujolais Nouveau 2015 est fixée le jeudi 19 novembre à partir de 0h00 ! Comme tous les ans, c’est le troisième jeudi de novembre.

Cliquer pour visiter le site du Beaujolais Nouveau 2015.

On fait un grand pas en avant et c’est plutôt pas mal !

On attend la suite de la campagne numérique, qui pourrait peut-être valoir le coup.

Lire la suite

[Webmarketing] Quand le site de l’InterBeaujolais se ridiculise depuis 2013

On va faire très court, parce qu’il n’y a pas besoin de beaucoup de mots pour décrire, une fois de plus, l’incompétence des gens de l’InterBeaujolais dans la gestion de la communication globale du Beaujolais…

Webmarketing et vin : le flop de l'InterBeaujolais qui se ridiculise depuis 2013La preuve en direct live sur www.beaujolais.com

Et ça, ça dure depuis 2013… Mais ils sont incompétents depuis bien plus longtemps, ne vous en faîtes pas. Il s’agit de la page d’accueil du site officiel du Beaujolais qui continue, sans trop s’en soucier apparemment, à faire la promotion du Beaujolais Nouveau 2013 à venir… 2013.

Personne de l’InterBeaujolais ne semble être allé vérifier le site depuis 2013… Ca en dit très très très très long sur les capacités de communication du vignoble, non ?

Edit du 06/05/2015 à 17h00 : le site beaujolais.com a été en maintenance une partie de la matinée. Le lien « Le Beaujolais 2013 arrive » aura été supprimé 24 heures après la diffusion de cet article. Une réactivité qui laisse songeur.

Comment sauver le Beaujolais ? Sortir de la crise qui sévit très durement en Beaujolais

Contacter Florent Durand par e-mail.

Et si la Chine ne devenait pas le premier producteur de vin au monde ?

Hier, cette nouvelle faisait presque la Une de tous les journaux. Rendez-vous compte ?!! La Chine détrônait la France dans son statut de second producteur de vin au monde ! La France était reléguée au troisième rang mondial, derrière le géant Chinois.

Sauf que, tout ceci est basé sur des statistiques. Et vous le savez aussi bien que moi : on fait dire ce qu’on veut aux chiffres.  Tout dépend, finalement, de la manière dont vous les abordez.

J’ai vu fleurir, ci-et-là, des articles qui n’allaient pas dans le sens des grands médias : et si la Chine ne devenait pas le premier producteur de vin du monde ? Et si ?! Ca changerait quoi, dans le fond ?

Ca changerait pas grand chose. On est bien d’accord. Les vignobles Français en crise -dont le Beaujolais est un terrible exemple- continueraient à ne pas vouloir se réformer, et continueraient à s’enliser dans cette crise violente. Les vignobles Français qui, eux, ont eu la chance ou l’intelligence de bénéficier d’une bonne image continueraient à écouler toujours plus de vin.

Selon les années, entre la France et l’Italie -producteurs historiques de vin- on remarque que la Chine est à la 8ème place…

Je vous mets un lien vers un article qui tend à prouver, en abordant les chiffres d’un autre angle, que la Chine n’est pas le premier producteur de vin au monde.

Pour en revenir sur ce que ça changerait, j’ai déniché cet article qui présente le marché du vin en Chine. On y apprend que la superficie de la vigne plantée est supérieure à la France, ok, ET -et c’est là que ça peut relativement inquiéter- que les vins de France détiennent 36% des parts du marché en Chine…

Or, les vins Chinois semblent d’une qualité médiocre. Pour l’instant. Et ça peut changer très rapidement, évidemment. Mais ne nous affolons pas pour autant.
Les Chinois boivent en moyenne à peine plus d’une bouteille de vin par habitant et par an. Les Chinois ne sont pas des consommateurs de vin. Une histoire de goût, d’ancrage dans les habitudes ou de moyen. Quoi qu’il en soit, le Chinois ne boit pas de vin. Ou très peu, quand on prend en compte son milliard virgule quatre habitants (1,4 milliards de personnes sont Chinois).

Produire davantage leur servirait à quoi ? Écouleraient-ils la totalité de leur production si elle était à pleine capacité ? Les Chinois boiraient-ils du vin de Chine ? Les amateurs de vin dans le monde achèteraient-ils du vin de piètre qualité, en provenance de Chine ? Une Chine qui a une très mauvaise réputation de part le monde, rappelons-le…

[Marketing vin] Aidez-nous à mieux comprendre vos attentes.

Qui sont les consommateurs de vin ? Agnès et Marcel Durand lancent une grande étude de marché sur la consommation du vin en France. Marketing vin.

Vous aimez le vin et vous souhaitez participer à une étude marketing autour du vin ?

Aujourd’hui, et jusqu’au 30 juin 2015, nous réalisons une étude de marché complète. Nous souhaitons mieux comprendre les besoins du consommateur de vin et ce qui pourrait déclencher, chez lui, un acte d’achat.

Dans le cadre de cette étude, nous vous invitons dans un premier temps à suivre notre page Facebook afin d’être tenu informé des dernières actualités en matière de marketing vin et pour avoir accès à des photos inédites sur le Beaujolais.

De la même manière, nous vous invitons à répondre par Facebook à cette enquête qui nous permettra de vous proposer des produits vinicoles plus adaptés.
Vous pouvez également nous répondre en envoyant un e-mail à l’adresse florent.durand@communication-beaujolais.com.

Aujourd'hui, on vous propose une sorte de jeu. Mais attention, ce n'est pas un jeu comme les autres : il va nous…

Posted by Vins Agnès et Marcel Durand on mardi 28 avril 2015

Les Crus du Beaujolais : la scission !

Scission des Crus du Beaujolais : l'inévitable divorce du Beaujolais - communication et marketing Beaujolais, ODG Crus du Beaujolais Audrey Charton

Voeux de E Vigneron et Agnès et Marcel Durand à Lancié dans le Beaujolia.s Une excellente année 2015/C’est une nouvelle que nous commenterons plus tard mais nous nous en réjouissons tout particulièrement ! Les Crus du Beaujolais font scission !
C’est une nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe. Les Crus du Beaujolais vont quitter le « fameux » 210 pour reprendre leur indépendance.

Audrey Charton, présidente de l’ODG des Crus du Beaujolais, en a informé les viticulteurs de la zone des Crus par un communiqué officiel, reçu par e-mail le 24 décembre dernier.
Cette décision est actée du 18 décembre 2014. Selon un article du Monde, cette scission des Crus du Beaujolais a été confirmée le mardi 30 décembre lors d’un conseil d’administration de l’UVB.

Néanmoins, dans son communiqué du 24 décembre à destination des viticulteurs, la présidente de l’ODG des Crus du Beaujolais précise :

« Cette décision, si elle est importante pour les crus ne révolutionne pas le Beaujolais.
– Nous sommes toujours dans le Beaujolais et voulons y rester.
– Nous continuons à travailler avec l’ODG Beaujolais Beaujolais villages,
– Tous les dossiers en cours serons poursuivis et achevés.
– Elle ne remet aucunement en cause nos accords avec nos partenaires, Région, Département, Ville de Lyon, Tourisme, Instances interprofessionnelle…. »

Nous vous tiendrons, bien évidemment, informés de la manière dont évoluera ce dossier du divorce du Beaujolais ! Comme vous vous en doutez, nous sommes particulièrement intéressés par cette décision qui amorce un renouvellement de la communication et du marketing autour des produits du Beaujolais, des Crus du Beaujolais et de l’oenotourisme !

Nous profitons de cette excellente nouvelle pour vous souhaiter, avec quelques heures d’avance, une excellente année 2015 !

Le Beaujolais Nouveau 2014 est arrivé

Le Beaujolais Nouveau 2014 est arrivé !

Aujourd’hui, 3ème jeudi de novembre 2014, le Beaujolais Nouveau 2014 est arrivé !
Mais comment dit-on « Le Beaujolais Nouveau est arrivé » à travers le monde ?

Petit tour rapide autour de la planète. Dans une vingtaine de langues, ça vous tente ? Essayez de retrouver quelles sont les langues utilisées !

2014 Beaujolais Nouveau’s wine is there !
El Beaujolais Nouveau 2014 llegó !
Die BeaujolaisNouveau angekommen !
وصل بوجوليه نوفو
Божоле Нуво прыбыло
薄酒萊新酒已經到來
보졸레 누보가 도착했습니다
Beaujolais Nouveau er ankommet
Beaujolais Nouveau έφτασε
בוז’ולה נובו הגיע
ब्यूजोलैस नोव्यू आ गया है
Beaujolais Nouveau tagtha
Beaujolais Nouveau è arrivato
ボジョレーヌーボーが到着しました
Beaujolais Nouveau is aangekomen
Beaujolais Nouveau har ankommet
Beaujolais Nouveau przyjechał
Beaujolais Nouveau chegou
Божоле Нуво прибыло
Beaujolais Nouveau har anlänt
Beaujolais Nouveau ได้มาถึง
Beaujolais Nouveau đã đến

Beaujolais : le négoce tue les viticulteurs. Comment réagir ?

 

Parlez-nous de votre soirée Beaujolais Nouveau…

Processus de fabrication du Beaujolais nouveau 2014

… et nous parlerons de vous en retour (In English at the footer of this article).

Concours photo #BojoNouvo, le Beaujolais nouveau en photoNous avons remarqué que de nombreuses soirées sont organisées, en France et à l’étranger, pour la sortie du Beaujolais Nouveau.

Les réseaux sociaux, surtout Twitter, permettent de se rendre compte de l’influence que peut encore avoir cette fête populaire qui a fait danser la France de nombreuses années. Nous ne pouvons être partout en même temps : nous voudrions savoir comment se passe cet événement chez vous.

Que vous fassiez la fête entre amis, chez vous ou dans un restaurant, ou peu importe dans le fond, comment fêtez-vous la sortie du Beaujolais Nouveau ?

Pour partager votre expérience avec nous, nous vous demanderons de nous envoyer vos photos via twitter en utilisant le hashtag #BojoNouvo.
Vous pouvez également nous faire part de vos soirées Beaujolais Nouveau sur notre page facebook!

Nous sélectionnerons les 3 meilleurs clichés et reprendrons contact avec vous afin d’en savoir plus sur votre soirée Beaujolais Nouveau, et publierons votre relation à cet événement ici !

Soyez nombreux et n’oubliez pas #BojoNouvo.

____

We noticed a lot of cities are having parties for BeaujolaisDay. Because we cannot be physically everywhere in the world, we need you !
We want to know what happens in the world for BeaujolaisDay. How are you making parties around this world event ?

Please, share your experience with us using the hashtag #BojoNouvo on Twitter. Show us a photo of what happens where you are. We’ll make a selection between all the photos and will contact you to publish your photo and your relationship with this event.

Have a nice BeaujolaisDay and don’t forget #BojoNouvo

[Marketing] Pourquoi personne ne connaît la date de sortie du Beaujolais Nouveau ?

Quelle est la date de sortie du Beaujolais Nouveau ? 2014, 2015 2016 2017 et pour toujours : le 3ème jeudi de novembre

Le Beaujolais Nouveau, c’est un mythe Français. Voire un « art Français », comme le clame l’affiche officielle du Beaujolais Nouveau. Très bien et pourquoi pas, après tout.

Bon, si on est honnête, cet « art Français », sans cesse mis à mal par l’InterBeaujolais depuis des années, équivaut de plus en plus à la première esquisse -sûrement loupée et peu élaborée- d’un maître en peinture.

Quelle est la date de sortie du Beaujolais Nouveau ? 2014, 2015 2016 2017 et pour toujours : le 3ème jeudi de novembreNéanmoins, aujourd’hui nous sommes en droit de nous poser une question.

Le Beaujolais Nouveau, tel qu’il existe depuis 1985, sort tous les ans le 3ème jeudi de novembre. TOUS LES ANS depuis bientôt 30 ans.
Si un véritable travail de marketing a été mis en place sur les dernières années, pourquoi personne ne connaît la date de sortie du Beaujolais Nouveau ? Pourquoi cette « date » du 3ème jeudi de novembre n’est pas inscrite dans l’esprit collectif du consommateur-lambda ?

Pourquoi M. Bourjade, directeur général de l’InterBeaujolais, n’a-t-il pas pensé à travailler cet axe ? Car il se laisse diriger par un collège de viticulteurs et négociants élus qui n’y connaissent rien en marketing mais qui prennent toutes les décisions ?
Pourquoi lancer des élections de Mademoiselle Beaujolais Nouveau 2013 (sans en faire utilisation pendant la campagne officielle) sans faire la moindre mention, jamais, nulle part, que le Beaujolais Nouveau sort à telle date ?! Pourquoi, d’ailleurs, faire une campagne autour du Beaujolais Nouveau s’il n’y a pas d’intérêt à le faire (c’est ce qu’en a dit une employée de l’InterBeaujolais lors d’un entretien téléphonique musclé) ?

Combien de temps a-t-il fallu pour que le monde entier connaisse le jeu CandyCrush, ainsi que le mode de fonctionnement de tous les « combo » possibles pour avancer dans ce jeu sans fin ? Un mois ? Deux mois ? Un an ? Peu importe : c’est toujours moins que faire entrer dans la tête des gens la date de sortie du Beaujolais Nouveau.
Pour quelle raison ? Car les créateurs ont fait un lancement viral et qu’ils ont bien pensé leur produit (certainement après des centaines de réajustement, certes).

Pourquoi, en France, connaît-on globalement la date de Thanksgiving (qui se déroule aux Etats-Unis tous les 4ème jeudi de novembre, soit une semaine après la date de sortie du Beaujolais Nouveau) alors qu’on ne veut pas retenir la date du Beaujolais Nouveau ?

Pourquoi, 29 ans après le premier « troisième jeudi de novembre », les Français ne connaissent pas la date de sortie de leur « produit artistique » ?

Une fois encore, une fois de plus, le constat est là : le marketing dans le Beaujolais est géré par des incompétents en la matière.
Plutôt que de vouloir communiquer sur cet « art Français », pourquoi l’InterBeaujolais ne commence pas par la base ? Pourquoi l’Interbeaujolais ne cherche-t-il pas à faire entrer dans la tête de la population que la date de sortie du Beaujolais est chaque année la même, à savoir le 3ème jeudi de novembre ?

 

[Communiqué de presse] Mardi Broussaud cède sa place à Agnès et Marcel Durand

Communiqué de presse Beaujolais Agnès et Marcel Durand site e-vigneron.com

Créée en décembre 2011, la Société Mardi Broussaud est une idée de collaboration Franco-néerlandaise de commerce de vins de producteurs du Beaujolais et du Mâconnais.

Dirigée par Marcel Durand, producteurs-récoltants de vins à Lancié dont la fonction est de trouver des vins typiques et originaux et la conditionnement, et suppléé en Hollande par Dirk Remmersvaal chargé de la vente, la Société Mardi Broussaud a enregistré un joli succès.

Après 3 années de collaboration entre la France et les Pays-Bas, il a néanmoins été décidé de mettre fin à la société Mardi Broussaud SARL dans sa forme actuelle.
La gamme complète de vins du Beaujolais et du Mâconnais que nous vous proposions à la vente jusqu’alors est remplacée par la gamme de vins d’Agnès et Marcel Durand.
Néanmoins, vous pouvez nous contacter jusqu’au 30 décembre 2014 si vous désirez commander : Côte de Brouilly, Brouilly, Régnié, Chiroubles, Fleurie, Chénas, Juliénas, Saint-Amour, Beaujolais Blanc, Pouilly-Fuissé, Saint-Véran ou Mâcon-Solutré.

Un nouveau communiqué de presse vous tiendra informés de la manière dont sera restructurée cette société, dans les mois à venir.

Le site e-vigneron.com devient dès aujourd’hui, 16 novembre 2014, propriété d’Agnès et Marcel Durand, producteurs de vins du Beaujolais.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Si vous souhaitez de plus amples renseignements, contactez Florent Durand.

 

Affiche de campagne du Beaujolais Nouveau 2014 : premiers avis de clients

Affiche Beaujolais Nouveau 2014 de l'InterBeaujolais - Artiste SKWAK © InterBeaujolais 2014

Le Beaujolais Nouveau 2014 sera représenté par cette affiche.

Selon l’interprétation donnée par l’InterBeaujolais, la raison d’être de cette affiche est de mêler tradition et modernité, humour et fierté. Le Beaujolais Nouveau est un produit fier de ses racines qui s’inscrit dans un mouvement de modernité.

Nous supposons que l’emploi des couleurs nationales permet d’ancrer l’idée que le Beaujolais Nouveau est un produit Français, qui n’existe nulle part ailleurs.
Le slogan « Beau  jolais Nouveau, un art Français » doit permettre d’appuyer l’idée que le produit est un un savoir-faire Français, un « art » à la Française. La notion d’art est sûrement renforcée par le « Beau » de Beaujolais, écrit en deux parties.

« L’équipe de communication » du Beaujolais Nouveau 2014 dit également se mobiliser sur les réseaux sociaux.
Or, le/la/les community manager(s) oublient de répondre aux commentaires laissés par des touristes étrangers qui désirent avoir des informations sur le lancement du Beaujolais Nouveau. Pire, lorsqu’ils le font, ils ne répondent pas aux bonnes questions.

Aucun compte twitter officiel n’a été créé pour le lancement du Beaujolais. Le compte Pinterest se résume au strict minimum. Quand au compte Instagram, s’il existe, il est introuvable.

Donc, pour l’InterBeaujolais, se mobiliser sur les réseaux sociaux consiste à investir de la manière la plus minable qui soit Facebook, et dans le strict minimum Pinterest.

C’est un choix, après tout. Mais qu’on ne communique pas autour d’une mobilisation sur les réseaux sociaux.

Avis de clients sur l’affiche du Beaujolais Nouveau 2014

Maintenant, voici quelques avis de clients qui ont vu l’affiche. Autant vous dire que l’objectif n’est pas atteint :

 » Cette année, le Beaujolais Nouveau est pétillant ?  »
 » Le Beaujolais Nouveau se transforme en Coca ?  »
 » Redorer le Beaujolais Nouveau avec une image comme ça, je me demande comment c’est possible.  »
 » En quoi le Beaujolais Nouveau est un art ?  »
 » Personnellement, je comprends pas qu’on veut me vendre du vin.  »

Notre avis, à nous, est assez simple : cette affiche s’inscrit dans une continuité de campagnes de communication ridicules. Elle n’a rien, elle n’apporte rien, hormis dénaturer et faire perdre notre identité aux yeux du monde.

L’artiste, Skwak, a eu totalement raison de se faire payer le montant qu’il s’est fait payer -et ce, même si c’est sur notre dos. En l’occurrence, on ne connaît pas le montant de son cachet vu que les dépenses de l’InterBeaujolais sont cachées.
Nous serions intéressés par le cahier des charges que Skwak a eu à respecter.
Si les décideurs de l’InterBeaujolais veulent jouer la transparence (ce dont ils ne semblent pas capables), nous serons heureux d’avoir ce cahier des charges entre les mains.
Nous rappelons également que M. Bourjade ne nous a pas contacté, comme précisé dans son commentaire du 30/10/2014, sous notre article sur les interactions entre les CVO et le budget de l’institution.

Que pensez-vous de cette affiche ?
A votre avis, l’InterBeaujolais est-elle compétente pour gérer la communication du Beaujolais ?

Nous nous posons ces questions, nous voudrions vos réponses.

Communication en Beaujolais : quid des autres AOC ?

Vins AOC du Beaujolais : communication des AOC

[Il est impossible de trouver, en ligne, des informations concernant la manière dont est dépensé le budget de l’InterBeaujolais. Les Crus du Beaujolais en bénéficient-ils ? C’est la question que nous nous posons, aujourd’hui].

Faîtes-vous épauler par l'Agence Become dans votre communication Beaujolais

Oh oui ! L’InterBeaujolais va vous dire que ses membres font leur métier de communication en Beaujolais à merveille. Oui, c’est une façon de voir les choses après tout.
A la rigueur, on veut bien estimer qu’ils font des « choses » pour le Beaujolais Nouveau. Vous connaissez notre avis là-dessus, et aujourd’hui, nous n’y reviendrons pas en profondeur. Mais que font-ils réellement pour les crus du Beaujolais qui, eux-aussi, traversent une profonde crise conjoncturelle (et également structurelle) ?

Néanmoins, et toujours en nous basant sur la fameuse CVO Beaujolais (Cotisation Volontaire Obligatoire sur laquelle est fondé le budget de l’InterBeaujolais, pour rappel), on voit bien que la région des crus donne beaucoup d’argent à l’InterBeaujolais.
Oui, « beaucoup », ça veut tout et rien dire à la fois. Alors soyons concrets : en 2010, chaque hectolitre de cru du Beaujolais vendu rapportait 7.56 €, soit un total de 2 161 971 € en nous basant sur les volumes de crus du Beaujolais vendus cette année-là.
Avez-vous vu une campagne de communication à grande échelle pour l’ensemble des crus ? Combien de personnes, en France, sont capables de situer « Saint-Amour » et de dire avec certitude que ce vin est originaire du Beaujolais ?

38,27 % du budget du Beaujolais vient des crus du Beaujolais

Si on estime que le budget de l’InterBeaujolais s’appuie uniquement sur ces CVO, cela signifie que les crus du Beaujolais contribueraient à hauteur de 38,27% au budget de cette institution censée faire la communication en Beaujolais et autour du Beaujolais.

Communication Beaujolais : les AOC vins du BeaujolaisNéanmoins, pourquoi parle-t-on toujours du Beaujolais Nouveau mais jamais des autres vins ? Avez-vous déjà vu, lu, ou entendu une campagne de communication officielle autour d’un cru du Beaujolais ?
Pourquoi le Morgon, ou le Fleurie, ou le Chiroubles, le Moulin à Vent, le Régnié, le Saint-Amour, le Juliénas, le Chénas, le Brouilly ou le Côte de Brouilly ne bénéficieraient-ils pas d’un peu de pub, eux aussi ?

La dernière fois que l’InterBeaujolais a dévoilé une partie de la manière dont était dépensé l’argent des CVO, c’était pour la campagne de communication Beaujolais Nouveau 2012 ! Jean Bourjade semblait alors très fier d’annoncer que la semaine de campagne du Beaujolais Nouveau avait coûté la bagatelle de 1.5 million d’euros (ce qui revient tout de même à plus de 210.000 euros par jour). Ces 1.5 millions d’euros représentent à eux seuls plus du quart du budget global-CVO du Beaujolais, cette année-là ! Or, en 2012, le volume de Beaujolais Nouveau vendu avait diminué de 2% par rapport à 2011.

Le Beaujolais Nouveau représente 40% de la production du vignoble. Très bien. Mais que se passe-t-il pour les 60 pour-cents restant ? Qui communique pour eux ?

Quel est le budget de communication global de l’InterBeaujolais ? Combien ont été investis sur la communication des Crus du Beaujolais ? Sachant que bon nombre de producteurs de Crus ne produisent pas une goutte de Beaujolais Nouveau, pourquoi leur CVO devrait servir à alimenter des campagnes de communication autour du Beaujolais Nouveau ?

Nous voulons ces réponses. Nous en avons assez du manque de transparence de cette institution qui se fait de l’argent sur le dos des vignerons.

Contrairement à ce que semble penser M. Bourjade (voir les commentaires sous l’article autour du budget de l’InterBeaujolais), nous nous posons ces questions car nous aimons le Beaujolais, ses paysages, ses vins et tout ce qui fait de cette région une région unique. Nous en avons assez -et sommes persuadés de ne pas être les seuls- de ce manque de transparence, de ce manque d’efficacité dans la communication du Beaujolais ! Nous savons uniquement que la majorité des viticulteurs se tait car ils ont peur de ne pas voir leurs vins agréer s’ils osent poser des questions.
Nous souhaitons défendre notre métier et non pas créer des polémiques pour créer des polémiques.

Nous attendons donc une réponse officielle ainsi qu’une transparence totale sur les dépenses de l’InterBeaujolais sur les 3 dernières années, afin de savoir, enfin! où passe notre argent.
Nous souhaitons également connaître la liste des actions effectuées pour chaque AOC, avec leurs retombées. Nous publierons cette liste ici.

N’hésitez pas à partager cet article et à en parler autour de vous. Si vous avez des éléments de réponses, des avis, nous sommes évidemment très intéressés par ce que vous avez à dire.