Communication en Beaujolais : quid des autres AOC ?

[Il est impossible de trouver, en ligne, des informations concernant la manière dont est dépensé le budget de l’InterBeaujolais. Les Crus du Beaujolais en bénéficient-ils ? C’est la question que nous nous posons, aujourd’hui].

Faîtes-vous épauler par l'Agence Become dans votre communication Beaujolais

Oh oui ! L’InterBeaujolais va vous dire que ses membres font leur métier de communication en Beaujolais à merveille. Oui, c’est une façon de voir les choses après tout.
A la rigueur, on veut bien estimer qu’ils font des « choses » pour le Beaujolais Nouveau. Vous connaissez notre avis là-dessus, et aujourd’hui, nous n’y reviendrons pas en profondeur. Mais que font-ils réellement pour les crus du Beaujolais qui, eux-aussi, traversent une profonde crise conjoncturelle (et également structurelle) ?

Néanmoins, et toujours en nous basant sur la fameuse CVO Beaujolais (Cotisation Volontaire Obligatoire sur laquelle est fondé le budget de l’InterBeaujolais, pour rappel), on voit bien que la région des crus donne beaucoup d’argent à l’InterBeaujolais.
Oui, « beaucoup », ça veut tout et rien dire à la fois. Alors soyons concrets : en 2010, chaque hectolitre de cru du Beaujolais vendu rapportait 7.56 €, soit un total de 2 161 971 € en nous basant sur les volumes de crus du Beaujolais vendus cette année-là.
Avez-vous vu une campagne de communication à grande échelle pour l’ensemble des crus ? Combien de personnes, en France, sont capables de situer « Saint-Amour » et de dire avec certitude que ce vin est originaire du Beaujolais ?

38,27 % du budget du Beaujolais vient des crus du Beaujolais

Si on estime que le budget de l’InterBeaujolais s’appuie uniquement sur ces CVO, cela signifie que les crus du Beaujolais contribueraient à hauteur de 38,27% au budget de cette institution censée faire la communication en Beaujolais et autour du Beaujolais.

Communication Beaujolais : les AOC vins du BeaujolaisNéanmoins, pourquoi parle-t-on toujours du Beaujolais Nouveau mais jamais des autres vins ? Avez-vous déjà vu, lu, ou entendu une campagne de communication officielle autour d’un cru du Beaujolais ?
Pourquoi le Morgon, ou le Fleurie, ou le Chiroubles, le Moulin à Vent, le Régnié, le Saint-Amour, le Juliénas, le Chénas, le Brouilly ou le Côte de Brouilly ne bénéficieraient-ils pas d’un peu de pub, eux aussi ?

La dernière fois que l’InterBeaujolais a dévoilé une partie de la manière dont était dépensé l’argent des CVO, c’était pour la campagne de communication Beaujolais Nouveau 2012 ! Jean Bourjade semblait alors très fier d’annoncer que la semaine de campagne du Beaujolais Nouveau avait coûté la bagatelle de 1.5 million d’euros (ce qui revient tout de même à plus de 210.000 euros par jour). Ces 1.5 millions d’euros représentent à eux seuls plus du quart du budget global-CVO du Beaujolais, cette année-là ! Or, en 2012, le volume de Beaujolais Nouveau vendu avait diminué de 2% par rapport à 2011.

Le Beaujolais Nouveau représente 40% de la production du vignoble. Très bien. Mais que se passe-t-il pour les 60 pour-cents restant ? Qui communique pour eux ?

Quel est le budget de communication global de l’InterBeaujolais ? Combien ont été investis sur la communication des Crus du Beaujolais ? Sachant que bon nombre de producteurs de Crus ne produisent pas une goutte de Beaujolais Nouveau, pourquoi leur CVO devrait servir à alimenter des campagnes de communication autour du Beaujolais Nouveau ?

Nous voulons ces réponses. Nous en avons assez du manque de transparence de cette institution qui se fait de l’argent sur le dos des vignerons.

Contrairement à ce que semble penser M. Bourjade (voir les commentaires sous l’article autour du budget de l’InterBeaujolais), nous nous posons ces questions car nous aimons le Beaujolais, ses paysages, ses vins et tout ce qui fait de cette région une région unique. Nous en avons assez -et sommes persuadés de ne pas être les seuls- de ce manque de transparence, de ce manque d’efficacité dans la communication du Beaujolais ! Nous savons uniquement que la majorité des viticulteurs se tait car ils ont peur de ne pas voir leurs vins agréer s’ils osent poser des questions.
Nous souhaitons défendre notre métier et non pas créer des polémiques pour créer des polémiques.

Nous attendons donc une réponse officielle ainsi qu’une transparence totale sur les dépenses de l’InterBeaujolais sur les 3 dernières années, afin de savoir, enfin! où passe notre argent.
Nous souhaitons également connaître la liste des actions effectuées pour chaque AOC, avec leurs retombées. Nous publierons cette liste ici.

N’hésitez pas à partager cet article et à en parler autour de vous. Si vous avez des éléments de réponses, des avis, nous sommes évidemment très intéressés par ce que vous avez à dire.

Partagez l'information
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • Google Reader
  • Tumblr
  • LinkedIn

2 réflexions sur « Communication en Beaujolais : quid des autres AOC ? »

  1. je sors de la boutique de beaujolais.com
    place de parking inexistante
    toujours que de la promotion pour les beaujolais
    gratuité inconnue si on ne la demande pas et dérisoire quand elle apparaît
    les affiches sont littéralement moches
    je pense qu’ un boycott général de la cvo pourrait montrer notre mal être!

  2. Madame,

    nous avons parfaitement conscience de la situation qui perdure d’année en année (malgré quelques efforts depuis l’an dernier sur le créneau digital).
    En retraite désormais -pour simplifier la situation qui est un peu plus complexe- nous avons tenté de livrer le combat pendant de nombreuses années en réunissant les viticulteurs qui souffrent, chaque jour, de cette situation complexe.
    N’hésitez pas à reprendre le flambeau et à chatouiller cet organisme de pseudo-communication. Nous pourrons relayer vos interventions, si vous le souhaitez.

    N’hésitez pas à leur expliquer pourquoi leur communication est moche et inutile. Nous l’avons fait, nous nous sommes faits insulter par le personnel prétendûment qualifié. D’année en année, ils ne font aucune étude pour connaître l’impact de leur affiche, savoir ce qui a plu ou non et comment améliorer la communication.
    EN 2013, ils ne voyaient pas l’utilité d’effectuer des mesures sur leur action de communication et de marketing et d’en analyser les données. « Une perte de temps, m’a-t-on répondu » alors que je leur présentais ce qu’il fallait faire.
    Nous avons beaucoup, beaucoup de dossiers qui pourraient être ressortis (par coup de fil surtout, afin de ne pas avoir de traces écrites de leur part).

    Mais nous n’avons jamais réussi à mobiliser, en contactant tous les domaines par e-mail à plusieurs reprises.

    Cordialement

    F Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>