Estimation vin : combien a rapporté la vente aux enchères des vin de l’Elysée ?

Vous vous en souviendrez peut-être. Voilà deux mois, nous évoquions la vente aux enchères de vin de l’Elysée, organisée par Drouot.
Nous n’étions jamais revenus sur ce sujet mais il est temps de se poser la question : combien a rapporté cette vente aux enchères des vins de l’Elysée ?Plutôt que d’acquérir de nouveaux vins plus modestes sur les deniers de la République, et  correspondants peut-être davantage aux goûts de l’actuel président de la République, François Hollande, l’Elysée avait décidé d’organiser une vente aux enchères de la cave présidentielle.  1.200 bouteilles ont ainsi été mises en vente par la maison de vente Drouot pour une estimation de vin totale de près de 250.000 euros. Cette somme devrait permettre le renouvellement de la cave présidentielle par l’acquisition de vins plus modestes.
Cette collection avait débuté en 1947 avec le président Vincent Auriol.

Vente des vins de l’Elysée : des ventes correspondant à près du triple de l’estimation.

Combien a rapporté la vente aux enchères des vins de l'Elysée ! Plongez au coeur de cette passionnante estimation des vinsCe sont finalement près de 720.000 euros qui auraient été récoltés, selon la maison de vente, suite à cette vente aux enchères qui a défrayé des passions, soit près du triple des estimations initiales. Et pour cause !
Les coffrets de mignonettes de Cognac, estimés à 150 € pièce, se sont envolés à plus de 2.000 € pièce !
Grognon, des marchands de vins, voyant que des Crus du Rhône ou d’Alsace se vendaient entre 300 et 800 euros pièce, ronchonnait des « n’importe quoi », outré que les prix ne soient en rien conformes à leur réelle valeur sur le marché !

Nous connaissons à vous connaître et savons que vous désirez tous savoir quel est le montant de la bouteille la plus chère vendue pendant cette vente aux enchères exceptionnelle ? C’est Olivier, 43 ans et professionnel de la finance, qui a raflé les deux lots les plus chers à « un groupe de Chinois » : deux Château Lafite 1978 à 3.800 € et un Pétrus 1990 à 6.100 euros.

Les amateurs de vin n’étaient pas là uniquement pour acheter du vin, mais pour acheter du vin de l’Elysée, à l’image de cette  jeune fille de 19 ans qui n’a pas hésité à débourser 600 euros pour un Corton-Charlemagne (Bourgogne) de 1973. Sa valeur initiale était estimée à 50 euros.
Elle témoigne, rieuse : « il est tellement vieux qu’il est probablement imbuvable. Mais je ne l’achète pas pour le boire – à 5 euros la goutte, ça ferait cher la consommation ! C’est comme un tableau pour la collection de mes parents ».

Une jolie démarche de l’Elysée, au final, qui récolte une somme conséquente permettant, sans aucun doute, le renouvellement du dixième de la cave présidentielle, comme prévu à l’origine.

Partagez l'information
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • Google Reader
  • Tumblr
  • LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>