Et si la Chine ne devenait pas le premier producteur de vin au monde ?

Hier, cette nouvelle faisait presque la Une de tous les journaux. Rendez-vous compte ?!! La Chine détrônait la France dans son statut de second producteur de vin au monde ! La France était reléguée au troisième rang mondial, derrière le géant Chinois.

Sauf que, tout ceci est basé sur des statistiques. Et vous le savez aussi bien que moi : on fait dire ce qu’on veut aux chiffres.  Tout dépend, finalement, de la manière dont vous les abordez.

J’ai vu fleurir, ci-et-là, des articles qui n’allaient pas dans le sens des grands médias : et si la Chine ne devenait pas le premier producteur de vin du monde ? Et si ?! Ca changerait quoi, dans le fond ?

Ca changerait pas grand chose. On est bien d’accord. Les vignobles Français en crise -dont le Beaujolais est un terrible exemple- continueraient à ne pas vouloir se réformer, et continueraient à s’enliser dans cette crise violente. Les vignobles Français qui, eux, ont eu la chance ou l’intelligence de bénéficier d’une bonne image continueraient à écouler toujours plus de vin.

Selon les années, entre la France et l’Italie -producteurs historiques de vin- on remarque que la Chine est à la 8ème place…

Je vous mets un lien vers un article qui tend à prouver, en abordant les chiffres d’un autre angle, que la Chine n’est pas le premier producteur de vin au monde.

Pour en revenir sur ce que ça changerait, j’ai déniché cet article qui présente le marché du vin en Chine. On y apprend que la superficie de la vigne plantée est supérieure à la France, ok, ET -et c’est là que ça peut relativement inquiéter- que les vins de France détiennent 36% des parts du marché en Chine…

Or, les vins Chinois semblent d’une qualité médiocre. Pour l’instant. Et ça peut changer très rapidement, évidemment. Mais ne nous affolons pas pour autant.
Les Chinois boivent en moyenne à peine plus d’une bouteille de vin par habitant et par an. Les Chinois ne sont pas des consommateurs de vin. Une histoire de goût, d’ancrage dans les habitudes ou de moyen. Quoi qu’il en soit, le Chinois ne boit pas de vin. Ou très peu, quand on prend en compte son milliard virgule quatre habitants (1,4 milliards de personnes sont Chinois).

Produire davantage leur servirait à quoi ? Écouleraient-ils la totalité de leur production si elle était à pleine capacité ? Les Chinois boiraient-ils du vin de Chine ? Les amateurs de vin dans le monde achèteraient-ils du vin de piètre qualité, en provenance de Chine ? Une Chine qui a une très mauvaise réputation de part le monde, rappelons-le…

Partagez l'information
  • Twitter
  • Facebook
  • email
  • Google Reader
  • Tumblr
  • LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>