Communication en Beaujolais : quid des autres AOC ?

Vins AOC du Beaujolais : communication des AOC

[Il est impossible de trouver, en ligne, des informations concernant la manière dont est dépensé le budget de l’InterBeaujolais. Les Crus du Beaujolais en bénéficient-ils ? C’est la question que nous nous posons, aujourd’hui].

Faîtes-vous épauler par l'Agence Become dans votre communication Beaujolais

Oh oui ! L’InterBeaujolais va vous dire que ses membres font leur métier de communication en Beaujolais à merveille. Oui, c’est une façon de voir les choses après tout.
A la rigueur, on veut bien estimer qu’ils font des « choses » pour le Beaujolais Nouveau. Vous connaissez notre avis là-dessus, et aujourd’hui, nous n’y reviendrons pas en profondeur. Mais que font-ils réellement pour les crus du Beaujolais qui, eux-aussi, traversent une profonde crise conjoncturelle (et également structurelle) ?

Néanmoins, et toujours en nous basant sur la fameuse CVO Beaujolais (Cotisation Volontaire Obligatoire sur laquelle est fondé le budget de l’InterBeaujolais, pour rappel), on voit bien que la région des crus donne beaucoup d’argent à l’InterBeaujolais.
Oui, « beaucoup », ça veut tout et rien dire à la fois. Alors soyons concrets : en 2010, chaque hectolitre de cru du Beaujolais vendu rapportait 7.56 €, soit un total de 2 161 971 € en nous basant sur les volumes de crus du Beaujolais vendus cette année-là.
Avez-vous vu une campagne de communication à grande échelle pour l’ensemble des crus ? Combien de personnes, en France, sont capables de situer « Saint-Amour » et de dire avec certitude que ce vin est originaire du Beaujolais ?

38,27 % du budget du Beaujolais vient des crus du Beaujolais

Si on estime que le budget de l’InterBeaujolais s’appuie uniquement sur ces CVO, cela signifie que les crus du Beaujolais contribueraient à hauteur de 38,27% au budget de cette institution censée faire la communication en Beaujolais et autour du Beaujolais.

Communication Beaujolais : les AOC vins du BeaujolaisNéanmoins, pourquoi parle-t-on toujours du Beaujolais Nouveau mais jamais des autres vins ? Avez-vous déjà vu, lu, ou entendu une campagne de communication officielle autour d’un cru du Beaujolais ?
Pourquoi le Morgon, ou le Fleurie, ou le Chiroubles, le Moulin à Vent, le Régnié, le Saint-Amour, le Juliénas, le Chénas, le Brouilly ou le Côte de Brouilly ne bénéficieraient-ils pas d’un peu de pub, eux aussi ?

La dernière fois que l’InterBeaujolais a dévoilé une partie de la manière dont était dépensé l’argent des CVO, c’était pour la campagne de communication Beaujolais Nouveau 2012 ! Jean Bourjade semblait alors très fier d’annoncer que la semaine de campagne du Beaujolais Nouveau avait coûté la bagatelle de 1.5 million d’euros (ce qui revient tout de même à plus de 210.000 euros par jour). Ces 1.5 millions d’euros représentent à eux seuls plus du quart du budget global-CVO du Beaujolais, cette année-là ! Or, en 2012, le volume de Beaujolais Nouveau vendu avait diminué de 2% par rapport à 2011.

Le Beaujolais Nouveau représente 40% de la production du vignoble. Très bien. Mais que se passe-t-il pour les 60 pour-cents restant ? Qui communique pour eux ?

Quel est le budget de communication global de l’InterBeaujolais ? Combien ont été investis sur la communication des Crus du Beaujolais ? Sachant que bon nombre de producteurs de Crus ne produisent pas une goutte de Beaujolais Nouveau, pourquoi leur CVO devrait servir à alimenter des campagnes de communication autour du Beaujolais Nouveau ?

Nous voulons ces réponses. Nous en avons assez du manque de transparence de cette institution qui se fait de l’argent sur le dos des vignerons.

Contrairement à ce que semble penser M. Bourjade (voir les commentaires sous l’article autour du budget de l’InterBeaujolais), nous nous posons ces questions car nous aimons le Beaujolais, ses paysages, ses vins et tout ce qui fait de cette région une région unique. Nous en avons assez -et sommes persuadés de ne pas être les seuls- de ce manque de transparence, de ce manque d’efficacité dans la communication du Beaujolais ! Nous savons uniquement que la majorité des viticulteurs se tait car ils ont peur de ne pas voir leurs vins agréer s’ils osent poser des questions.
Nous souhaitons défendre notre métier et non pas créer des polémiques pour créer des polémiques.

Nous attendons donc une réponse officielle ainsi qu’une transparence totale sur les dépenses de l’InterBeaujolais sur les 3 dernières années, afin de savoir, enfin! où passe notre argent.
Nous souhaitons également connaître la liste des actions effectuées pour chaque AOC, avec leurs retombées. Nous publierons cette liste ici.

N’hésitez pas à partager cet article et à en parler autour de vous. Si vous avez des éléments de réponses, des avis, nous sommes évidemment très intéressés par ce que vous avez à dire.

Vins du Beaujolais : mais au fait, c’est quoi un « cru du Beaujolais » ?

Cru du Beaujolais - Qu'est-ce qu'un cru du Beaujolais ? Explications

La question va sûrement sembler d’une banalité sans borne si vous connaissez le vignoble mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Depuis toujours, nous tenons pour acquis que tout un chacun a une connaissance poussée des vins du Beaujolais. Mais devant le travail calamiteux de l’InterBeaujolais au travers des décennies, on ne peut dresser qu’un seul constat : les consommateurs dans leur globalité ne connaissent du Beaujolais que le Beaujolais Nouveau. Ils associent toutes les AOC du Beaujolais au Beaujolais Nouveau. Sans distinction.

Pour la petite anecdote, je me souviens d’une dame sur une foire, quand j’étais plus jeune. Elle voit que mes parents produisaient du Morgon et s’arrête : « Tiens. Du Morgon ? Mais c’est bon ça !!! » En levant la tête, elle voit qu’on est du vignoble Beaujolais : « Ah mais c’est du Beaujolais ? J’en veux pas alors ».
Cette petite anecdote est symptomatique.

Alors aujourd’hui, on décide de passer du temps sur une question qui mérite une véritable réponse :  » Mais au fait, c’est quoi un Cru du Beaujolais ? »

Avant de commencer, il semble indispensable de faire un petit rappel lexical :

  • AOC signifie Appellation d’Origine Contrôlée. Il faut répondre à un cahier des charges complet et précis pour pouvoir prétendre vendre un produit sous une AOC. Les AOC ne concernent que des produits Français ;
  • AOP signifie Appellation d’Origine Protégée. Il s’agit de la même chose que les AOC mais au niveau européen.

Tous les produits Européens peuvent bénéficier d’une AOP s’ils respectent un cahier des charges précis. Seuls les produits du sol Français, respectant le cahier des charges imposé, peuvent bénéficier d’une AOC. Ainsi, vous ne trouverez pas un Champagne élaborés en Australie ou en Roumanie. Un Champagne est produit uniquement en Champagne. Un Champagne aura reçu l’aval de l’AOC pour avoir le droit d’être commercialisé en utilisant ce nom.

Comme une AOC est une AOP, et pour faciliter la compréhension, nous ne parlerons ici que d’AOC.

Comprendre le Beaujolais avec plusieurs cartes

On a beau dire, la carte reste l’un des meilleurs moyens d’exprimer ce qui est, parfois, difficilement explicable par de simples phrases.

Le vignoble Beaujolais est composé de 12 AOC différentes. Ces 12 AOC sont réparties en trois grandes familles :

  • principalement au Sud du vignoble, l’AOC Beaujolais ;
  • au centre du vignoble, souvent à proximité de la zone du Nord du Beaujolais, l’AOC Beaujolais Villages
  • exclusivement au Nord du vignoble, jouxtant le Mâconnais donc les vins de Bourgogne, les 10 AOC les plus prestigieuses (à défaut d’un autre terme) regroupées sous le terme « Crus du Beaujolais ».

Carte de situation générale du Beaujolais

Le vignoble Beaujolais : situation généraleLe vignoble Beaujolais est situé à l’Ouest d’une ligne Mâcon/Lyon, une ligne délimitée par le Saône.
Ses villes principales sont Villefranche-sur-Saône, Belleville-sur-Saône, Le Bois d’Oingt, L’Arbresle, Anse et Beaujeu.
Historiquement, Beaujeu est la capitale du Beaujolais mais sa situation géographique, difficile d’accès, lui a desservi. Villefranche a remplacé Beaujeu en tant que capitale économique de la région à partir de la Renaissance.

Des dizaines de villages et hameaux parsèment le vignoble.

A l’Ouest, on trouve le Beaujolais Vert, une zone couverte de forêts et de pâturages.
A l’Est, délimitée par la Saône, on trouve la Dombes, une région de plaine marécageuse.
Au Sud, les Monts du Lyonnais.
Au Nord, le vignoble Mâconnais.

L’ensemble du vignoble Beaujolais peut prétendre à l’AOC Beaujolais.

La superficie de production a terriblement chuté ces dernières années sans que l’on puisse trouver de chiffres fiables (selon les sources, ces chiffres diffèrent. Aucune instance officielle ne semble vouloir s’aventurer à publier lesdits chiffres). On considère que le vignoble Beaujolais représentait environ 22.000 hectares jusqu’au milieu des années 2 000. Toutes les terres libres étaient plantées en vigne. Désormais, il n’est pas rare de voir des terrains en jachère ou transformés en lotissements.

Devant l’explosion du prix du marché de l’immobilier et du terrain à bâtir, et devant des difficultés économiques manifestes, de nombreux propriétaires terriens préfèrent vendre leurs biens à des promoteurs immobiliers qui dénaturent les paysages typiques de notre région. Les nouveaux arrivants du Beaujolais ne sont pas à blâmer : ce seraient les promoteurs qui détruisent notre région pour leurs profits, qu’il faudrait interpeller.

C’est un autre débat.

Cartes du Beaujolais : la zone des AOC des crus

Carte du Beaujolais : les 12 AOC du BeaujolaisAvant toute chose, je vais revenir sur ce que je disais en guise d’introduction. Le vignoble Beaujolais produit trois grandes familles de vins :

    • les vins dans la zone de l’AOC Beaujolais ;
    • les vins dans la zone de l’AOC Beaujolais Villages qui se situent exclusivement au nord de la rivière « le Nizerand ».
    • les vins dans la zone des AOC des Crus du Beaujolais.

La zone des Crus a reçu 10 AOC différentes. Ainsi, chaque vigne située sur un territoire défini peut prétendre à l’AOC de sa zone, à condition de se référer à un cahier des charges strict.

Ainsi, dans la famille de la zone des AOC des Crus du Beaujolais, il faut considérer de manière très schématique qu’il existe 10 grands types de vins différents.
Bien évidemment, un producteur ne travaillera pas ses vignes de la même manière que son voisin, ne vinifiera pas ses vins de la même manière. Ainsi, il existe autant de vins d’une AOC qu’il existe de producteurs.

Pour compliquer un peu les choses : même si un Morgon appartient au vignoble Beaujolais, il est interdit aux producteurs de Morgon d’elaborer du « Morgon Nouveau ». Morgon étant un cru du Beaujolais, il dispose de son AOC spécifique nommée « Morgon ». Seuls les producteurs de Beaujolais et de Beaujolais Villages ont la possibilité d’élaborer et de vendre du Beaujolais Nouveau ou du Beaujolais Villages Nouveau.
Mais si ce producteur détenant des vignes sur l’AOC Morgon le souhaite, il peut déclasser son vin pour produire du vin d’AOC Beaujolais-Villages (pour proposer à ses clients du Beaujolais Nouveau souvent), voire du vin d’AOC Beaujolais (Nouveau souvent).

En 2010, alors que la zone de l’AOC Beaujolais représentait une superficie de 8.000 hectares, 6.000 hectares pour l’AOC Beaujolais Villages, les AOC de la zone des Crus du Beaujolais représentaient environ 6.000 hectares. En terme de rendement, les AOC Beaujolais et AOC Beaujolais Villages ont la possibilité de produire légèrement  plus de vin à l’hectare que les AOC de la zone des Crus.

Les AOC des Crus du Beaujolais jouissent d’une image plus qualitative, car plus rare. C’est notamment dû à la typicité de la géologie de la zone nord du vignoble.

Le Nizerand est une rivière qui divise le vignoble en deux : au nord de celle-ci, les roches sont totalement différentes du sous-sol situé au sud de cette limite. Tout est une question de géologie, dans le fond.

Carte de la zone des Crus du Beaujolais : un peu plus de détails

Carte du Beaujolais : zoom sur la zone des 10 AOC des Crus du Beaujolais.Comme je m’évertue à l’expliquer laborieusement, la zone des Crus du Beaujolais est une zone située au Nord du vignoble Beaujolais. Elle ne s’étend que sur 6.000 hectares et elle est composée de 10 AOC différentes.

Du Sud au Nord, on trouve l’AOC Brouilly (1 300 hectares), l’AOC Côte de Brouilly (310 hectares), l’AOC Régnié (400 ha), l’AOC Morgon (1 100 hectares), l’AOC Chiroubles (360 hectares), l’AOC Fleurie (870 hectares), l’AOC Moulin à Vent (660 hectares), l’AOC Chénas (270 hectares), l’AOC Juliénas (580 hectares) et l’AOC Saint-Amour (320 hectares).

Chacune des AOC des Crus du Beaujolais est délimitée par un type de roches. Le sous-sol d’un terrain déterminera s’il peut bénéficier d’une AOC ou d’une autre. Ca se joue à quelques mètres près : si vous êtes autour de la zone des AOC des Crus (donc généralement en AOC Beaujolais Villages), il peut arriver que votre parcelle de vignes se trouve sur l’AOC Beaujolais Villages alors que la parcelle voisine sera située sur une AOC de la zone des Crus.

Les AOC de la zone des Crus du Beaujolais ont été délivrées par l’INAO entre 1936 et 1988.
Moulin à Vent, Chénas, Fleurie, Chiroubles et Morgon ont été les premières AOC de la zone des Crus du Beaujolais. L’intégralité du vignoble a eu, quant à lui, le droit de produire de l’AOC Beaujolais à partir de 1937. Auparavant, rien n’avait été légiféré à ce sujet. Des coteaux de Lyonnais pouvaient sûrement vendre du Beaujolais avant que les limites ne soient établies. La création de l’AOC Beaujolais-Villages remonte à 1950.
Régnié est la dernière AOC de la zone des Crus du Beaujolais à avoir été délivrée par l’INAO.

Pour les vins de l’AOC Beaujolais-Villages, afin de mettre en avant un terroir spécifique, les producteurs ont la possibilité, s’ils le souhaitent, de remplacer le terme « Villages » par le nom du village sur lequel le raisin est arrivé à maturité.
Ainsi, à Lancié, comme nous sommes partiellement en AOC Beaujolais-Villages, nous avons le droit de produire du Beaujolais Lancié si nos vignes poussent sur un terrain d’AOC Beaujolais-Villages. A Lantignié, les producteurs peuvent produire du Beaujolais Lantignié. Ce serait néanmoins impossible pour un vin dont les raisins ont poussé à L’Arbresle.

Avant-guerre, il y a eu une volonté nationale d’organiser les vignobles de France. Pour le vignoble Beaujolais, il s’agissait avant tout de promouvoir certains vins provenant de zones particulières. Le but étant de distinguer ces vins de l’ensemble des vins produits sur le vignoble. Cette hiérarchie (dans la gamme) peut sembler arbitraire.

Notre Morgon, cru du Beaujolais, est un vin de caractère.

Le problème de confusion entre l’AOC Beaujolais et les vins du Beaujolais a une raison très simple. Le nom du vin le plus connu, le Beaujolais Nouveau (qui est une subdivision de l’AOC Beaujolais) utilise le nom du vignoble. Si le nom de l’AOC avait été « Tartempion » il n’y aurait probablement jamais eu de confusion. Et tout aurait été beaucoup plus clair pour tout le monde.

Pour conclure, les Crus du Beaujolais sont des produits différents des AOC Beaujolais et des AOC Beaujolais Villages. Ils appartiennent au même vignoble, mais sont structurés différemment, sont vinifiés différemment, et touchent des cibles différentes.