Travail de la vigne dans le Beaujolais : les dangers du tracteur-enjambeur

Aussi étrange que ce soit, hier, je mentionnais les dangers du tracteur sur les coteaux du Beaujolais. Et bien, sans doute une sorte de prémonition, hier, notre tracteur a décidé de prendre la fuite, sans que personne ne soit au volant (puisqu’en position d’arrêt avec le frein à main) et sans que quiconque ne puisse l’arrêter, pour finir sa course dans un grand fossé, quelques mètres plus bas.
Bien évidemment, c’était pendant une séance de rognage de la vigne.

Pas si évident que ça de relever un tracteur de plusieurs tonnes, couché sur le flanc. Mais avec un peu de savoir-faire et de jugeotte, et pas mal de prises de risques également, le tracteur est de nouveau posé sur ses 4 roues. Reste à connaître les réels dégâts et le montant des réparations.

C’est là qu’on se rend compte de l’utilité d’une cabine sur un tracteur enjambeur : les vitres n’ont pas éclaté et, si quelqu’un avait été à l’intérieur, il n’aurait pas été éjecté et aurait eu bien peu de chance de se retrouver coincé sous le tracteur (comme cela arrive, rarement, fort heureusement).

La parcelle de vignes n’était pourtant pas beaucoup en pente (pour tout vous dire, les tracteurs vont presque de partout, maintenant).

Bref, quelques clichés de cet incident qui aurait pu faire bien plus de dégâts.

Un accident de tracteur enjambeur est si vite arrivé. Le travail de la vigne en BeaujolaisUn accident de tracteur dans les vignes du Beaujolais à LanciéUn accident de tracteur dans le Beaujolais sans gravitéUn tracteur enjambeur couché sur le flanc  : accident de tracteur dans le beaujolais

[Vidéo] Travail de la vigne : le cisaillage manuel dans le Beaujolais

Le travail de la vigne dans le Beaujolais : le cisaillage manuel

Le travail de la vigne dans le Beaujolais, mais comme dans tous les vignobles de France, est resté très traditionnel.

Même si le tracteur, et la mécanisation, ont souvent remplacé la main de l’homme ou de l’animal, il est fréquent, voire quotidien, que le viticulteur ait besoin de mettre la main à la pâte ! Mais après tout, c’est son métier, n’est-ce pas ?

Dans certaines parcelles du Beaujolais, souvent trop escarpées, il serait dangereux qu’un tracteur vienne cisailler la vigne (ou rogner comme nous l’avons vu la dernière fois). Pour éviter tout accident (il en arrive assez souvent, malheureusement), il est alors conseillé, il est voire impossible de faire autrement que de prendre une cisaille (de grands ciseaux) et de couper chaque sarment trop long à la main (le sarment de vigne est une branche).

Nous n’avons pas eu l’opportunité de filmer le relevage de la vigne, qui permet à celle-ci de se tenir bien droit et de ne pas se casser au moindre coup de vent… Ce sera pour l’année prochaine !