Ban des vendanges Beaujolais 2013 : il est arrêté !

Préparatifs des vendanges 2013 dans le Beaujolais

Nous avons cru qu’il serait fixé au 28 septembre. De nombreux indicateurs semblaient aller en ce sens. Et puis finalement, non.

La réunion qui s’est tenu hier après-midi à Villefranche, au siège du 210 (l’InterBeaujolais pour les non-initiés), avec de nombreux acteurs et professionnels du vignoble en ont décidé autrement !

La date du ban des vendanges est donc fixée au 24 septembre prochain ! Mardi prochain, le vignoble tout entier commencera à entrer en ébullition, et ce, pour une durée de 2 à 3 semaines.
Si vous avez la possibilité de vous rendre dans le Beaujolais à cette période, vous aurez la jolie surprise d’y découvrir, en vous promenant, des dizaines de troupes de vendangeurs disséminées à travers tout le vignoble.

Pour ce qui nous concerne, le cuvage et tout le matériel sont prêts. Nous n’avons plus que 3 hectares de vignes à récolter donc nous n’engageons plus une troupe pour une dizaine de jours, comme nous le faisions encore en 2009. Nous louons la troupe d’un viticulteur de notre famille, pour 2 voire 3 journées.

Qu’avons-nous eu à faire ?

  • Nettoyer les cuves destinées à accueillir la nouvelle récolte ;
  • Ranger le cuvage et réorganiser les outils pour que tout soit à portée de main ;
  • Nettoyer le matériel afin qu’il soit remis aux normes sanitaires (tuyaux, pompe, cuve, tapis roulant, etc.) ;
  • Préparer le pressoir qui ne servira qu’après la fermentation alcoolique (donc 8 à 10 jours après la récolte, voire plus pour le Moulin à Vent). Il pourra servir si nous produisons du Beaujolais Rosé cette année ;
  • Remettre les bacs à vendanges sur les remorques, afin qu’elles puissent être acheminées par les tracteurs, etc

Nous vous proposons d’ailleurs une petite vidéo -mal réalisées mais le but n’est pas d’être sélectionnés à Cannes, donc c’est pas si grave que ça. Cela vous permettra de vous rendre compte de la dangerosité de la tâche.

Dans cette vidéo, vous voyez la technique employée pour transporter le bac à vendanges jusqu’à la remorque. Inutile de vous préciser que si le bac se renverse sur quelqu’un, les dégâts seraient sûrement irréversibles.

Ces bacs sont indispensables car ils accueilleront le raisin, une fois récolté. Ils pourront porter jusqu’à plus d’1,2 tonne (1 200 kg) de raisins.

Nous vous expliquerons les techniques d’antan une prochaine fois. Avec quelques anecdotes qui sauront satisfaire votre curiosité

 

Vendanges 2013 : Beaujolais, les raisins sont-ils mûrs ?

Vous qui lisez ces lignes êtes sûrement au courant : le vignoble Beaujolais est presqu’intégralement planté du cépage Gamay Noir à Jus Blanc.

La première chose à laquelle il faut s’intéresser, lorsqu’on parle de vendanges 2013 dans le Beaujolais, c’est bien évidemment du fruit, en l’occurrence le raisin ! Notre raisin.
Bonne nouvelle, dans la région de Lancié/Morgon/Fleurie/Moulin à Vent, les intempéries ont globalement épargné la qualité du raisin et la récolte s’annonce excellente. Le millésime devrait être prometteur. Les vignes n’ont pas été malades et les traitements ajustés pour recevoir le moins de produits possibles.

Les raisins sont mûrs en apparence, mais en apparence seulement. En effet, ils n’ont toujours pas atteint le taux de sucre nécessaire à l’élaboration du vin. C’est ce qu’on appelle « le degré ».

D’ici quelques jours (une petite dizaine), les grappes de raisin dans ce secteur devrait avoir un taux de sucre supérieur à 10%. Les vendanges 2013 pourront alors débuter.

Dès leur récolte, et une fois mis entiers en cuve, les raisins pourront démarrer leur macération alcoolique. Par le biais de processus chimiques, le sucre contenu dans les raisins se transformera en alcool avant la pressurée. Il est impératif que les grappes de raisins arrivent entières dans les cuves.
Pour en savoir davantage sur le cahier des charges de l’AOC du Beaujolais, c’est ici.

Mais n’allons pas trop vite : nous vous expliquerons tout le processus de vinification en détail lorsque le moment sera venu !

Vendanges 2013 en Beaujolais : les raisins sont-ils mûrs ?