Ban des vendanges Beaujolais 2013 : il est arrêté !

Préparatifs des vendanges 2013 dans le Beaujolais

Nous avons cru qu’il serait fixé au 28 septembre. De nombreux indicateurs semblaient aller en ce sens. Et puis finalement, non.

La réunion qui s’est tenu hier après-midi à Villefranche, au siège du 210 (l’InterBeaujolais pour les non-initiés), avec de nombreux acteurs et professionnels du vignoble en ont décidé autrement !

La date du ban des vendanges est donc fixée au 24 septembre prochain ! Mardi prochain, le vignoble tout entier commencera à entrer en ébullition, et ce, pour une durée de 2 à 3 semaines.
Si vous avez la possibilité de vous rendre dans le Beaujolais à cette période, vous aurez la jolie surprise d’y découvrir, en vous promenant, des dizaines de troupes de vendangeurs disséminées à travers tout le vignoble.

Pour ce qui nous concerne, le cuvage et tout le matériel sont prêts. Nous n’avons plus que 3 hectares de vignes à récolter donc nous n’engageons plus une troupe pour une dizaine de jours, comme nous le faisions encore en 2009. Nous louons la troupe d’un viticulteur de notre famille, pour 2 voire 3 journées.

Qu’avons-nous eu à faire ?

  • Nettoyer les cuves destinées à accueillir la nouvelle récolte ;
  • Ranger le cuvage et réorganiser les outils pour que tout soit à portée de main ;
  • Nettoyer le matériel afin qu’il soit remis aux normes sanitaires (tuyaux, pompe, cuve, tapis roulant, etc.) ;
  • Préparer le pressoir qui ne servira qu’après la fermentation alcoolique (donc 8 à 10 jours après la récolte, voire plus pour le Moulin à Vent). Il pourra servir si nous produisons du Beaujolais Rosé cette année ;
  • Remettre les bacs à vendanges sur les remorques, afin qu’elles puissent être acheminées par les tracteurs, etc

Nous vous proposons d’ailleurs une petite vidéo -mal réalisées mais le but n’est pas d’être sélectionnés à Cannes, donc c’est pas si grave que ça. Cela vous permettra de vous rendre compte de la dangerosité de la tâche.

Dans cette vidéo, vous voyez la technique employée pour transporter le bac à vendanges jusqu’à la remorque. Inutile de vous préciser que si le bac se renverse sur quelqu’un, les dégâts seraient sûrement irréversibles.

Ces bacs sont indispensables car ils accueilleront le raisin, une fois récolté. Ils pourront porter jusqu’à plus d’1,2 tonne (1 200 kg) de raisins.

Nous vous expliquerons les techniques d’antan une prochaine fois. Avec quelques anecdotes qui sauront satisfaire votre curiosité

 

Beaujolais : l’arrachage de vignes, comment ça marche ?

Vous vous êtes peut-être déjà demandé comment faire pour arracher une vigne.
On va simplement vous dire que c’était un travail pas très supportable en pleine canicule. Même à 6h du matin. Et puis on va vous montrer 3 jolies photos. Et puis ça suffira pour vous faire une petite idée du travail de forçats.

Petite information sur les ceps de Gamay noir à jus blanc dans le Beaujolais : leurs racines peuvent atteindre une dizaine de mètres de profondeur (donc de longueur). Nous le savions, pourtant.

Beaujolais : comment fonctionne l'arrachage de vignesDes ceps de vignes juste après avoir été arrachés, dans le Beaujolais

Comment sont arrachées les vignes dans le Beaujolais

[Vidéo] Travail de la vigne : le cisaillage manuel dans le Beaujolais

Le travail de la vigne dans le Beaujolais : le cisaillage manuel

Le travail de la vigne dans le Beaujolais, mais comme dans tous les vignobles de France, est resté très traditionnel.

Même si le tracteur, et la mécanisation, ont souvent remplacé la main de l’homme ou de l’animal, il est fréquent, voire quotidien, que le viticulteur ait besoin de mettre la main à la pâte ! Mais après tout, c’est son métier, n’est-ce pas ?

Dans certaines parcelles du Beaujolais, souvent trop escarpées, il serait dangereux qu’un tracteur vienne cisailler la vigne (ou rogner comme nous l’avons vu la dernière fois). Pour éviter tout accident (il en arrive assez souvent, malheureusement), il est alors conseillé, il est voire impossible de faire autrement que de prendre une cisaille (de grands ciseaux) et de couper chaque sarment trop long à la main (le sarment de vigne est une branche).

Nous n’avons pas eu l’opportunité de filmer le relevage de la vigne, qui permet à celle-ci de se tenir bien droit et de ne pas se casser au moindre coup de vent… Ce sera pour l’année prochaine !