Ban des vendanges Beaujolais 2013 : il est arrêté !

Préparatifs des vendanges 2013 dans le Beaujolais

Nous avons cru qu’il serait fixé au 28 septembre. De nombreux indicateurs semblaient aller en ce sens. Et puis finalement, non.

La réunion qui s’est tenu hier après-midi à Villefranche, au siège du 210 (l’InterBeaujolais pour les non-initiés), avec de nombreux acteurs et professionnels du vignoble en ont décidé autrement !

La date du ban des vendanges est donc fixée au 24 septembre prochain ! Mardi prochain, le vignoble tout entier commencera à entrer en ébullition, et ce, pour une durée de 2 à 3 semaines.
Si vous avez la possibilité de vous rendre dans le Beaujolais à cette période, vous aurez la jolie surprise d’y découvrir, en vous promenant, des dizaines de troupes de vendangeurs disséminées à travers tout le vignoble.

Pour ce qui nous concerne, le cuvage et tout le matériel sont prêts. Nous n’avons plus que 3 hectares de vignes à récolter donc nous n’engageons plus une troupe pour une dizaine de jours, comme nous le faisions encore en 2009. Nous louons la troupe d’un viticulteur de notre famille, pour 2 voire 3 journées.

Qu’avons-nous eu à faire ?

  • Nettoyer les cuves destinées à accueillir la nouvelle récolte ;
  • Ranger le cuvage et réorganiser les outils pour que tout soit à portée de main ;
  • Nettoyer le matériel afin qu’il soit remis aux normes sanitaires (tuyaux, pompe, cuve, tapis roulant, etc.) ;
  • Préparer le pressoir qui ne servira qu’après la fermentation alcoolique (donc 8 à 10 jours après la récolte, voire plus pour le Moulin à Vent). Il pourra servir si nous produisons du Beaujolais Rosé cette année ;
  • Remettre les bacs à vendanges sur les remorques, afin qu’elles puissent être acheminées par les tracteurs, etc

Nous vous proposons d’ailleurs une petite vidéo -mal réalisées mais le but n’est pas d’être sélectionnés à Cannes, donc c’est pas si grave que ça. Cela vous permettra de vous rendre compte de la dangerosité de la tâche.

Dans cette vidéo, vous voyez la technique employée pour transporter le bac à vendanges jusqu’à la remorque. Inutile de vous préciser que si le bac se renverse sur quelqu’un, les dégâts seraient sûrement irréversibles.

Ces bacs sont indispensables car ils accueilleront le raisin, une fois récolté. Ils pourront porter jusqu’à plus d’1,2 tonne (1 200 kg) de raisins.

Nous vous expliquerons les techniques d’antan une prochaine fois. Avec quelques anecdotes qui sauront satisfaire votre curiosité

 

Vendanges Beaujolais 2013 : comment savoir si la récolte sera bonne à l’avance ?

Vendanges Beaujolais 2013 : comment savoir si la récolte sera bonne ? Date du ban des vendanges 2013 Beaujolais

Photo de vendanges Beaujolais 2013 : date du ban des vendanges pas encore fixéeVous pouvez vous demander comment un vigneron peut jauger de la qualité d’une récolte avant que celle-ci ne soit effectivement rentrée dans son cuvage. La réponse est simple, elle tient en quelques points essentiels :

  • l’état sanitaire de la vigne (si la vigne est malade, le raisin ne sera pas de bonne qualité. Il donnera un jus de mauvaise qualité) ;
  • la date de la récolte (le 15 septembre est préférable au 1er octobre ou au 15 août) ;
  • la météo des six semaines précédents la récolte ;
  • la météo pendant la récolte (vendanger sous la pluie n’est pas très bon. Vendanger par 35°C non plus).

A l’heure actuelle, il est encore impossible de prévoir la date officielle du début de la récolte, le ban des vendanges 2013 Beaujolais.
L’InterBeaujolais l’estime actuellement, selon les parcelles et l’altitude, entre le 25 septembre et le 5 octobre.

Nous mettons à votre disposition un tableau récapitulatif daté du 12 septembre.

Vendanges dans le Beaujolais 2013, ban des vendanges. Tableau de récapitulatif du 12 septembre 2013.

Une réunion regroupant de nombreux acteurs du monde viti-vinicole du Beaujolais aura lieu mardi 17 septembre. La date du ban des vendanges 2013 du Beaujolais pourrait être décidée à cette occasion.

Vendanges 2013 en Beaujolais : le temps des souvenirs

Photo de vendanges dans le Beaujolais. Les vendanges 2013 arrivent

La période des vendanges fait appel aux souvenirs.

Aux nombreuses rencontres, toutes plus enrichissantes les unes que les autres, que l’on a pu faire.

Que ce soit un soir, au bar du village à discuter avec une troupe concurrente (car oui, étonnamment, une sorte de compétition naît entre chaque troupe d’un même village. Allez savoir pourquoi?) ou avec un groupe que vous n’aviez encore pas croisé et ne recroiserez jamais.
Que ce soit en discutant et en vous liant d’amitié avec votre voisin de galère, dans le rang à côté de vous. Car oui, les vendanges sont une vraie galère pour les vendangeurs. Dans ces moments difficiles pour le corps et parfois le moral (surtout quand la pluie vient se mêler à tout ça ou qu’on commence un rang qui fait plus de 100 mètres de longueur, croyez-moi), de véritables amitiés naissent. Des amitiés parfois éphémères mais néanmoins réelles, rythmées par les coups de serpette, le bruit des grappes déposées dans le seau ou celui du jarlot (du porteur) qui déambule dans toute la vigne, des tracteurs qui passent à toute allure ou des fous rires provenant de quelques rangs plus loin.
Vendanges dans le Beaujolais : une troupe de vendangeurs pendant le casse-croûte du matin ! Que ce soit à l’heure du casse-croûte où vous craquez et prenez la cigarette que l’on vous tend, que vous la savourez avec plaisir alors que vous aviez juré de ne plus jamais en toucher une 6 mois plus tôt.
Que ce soit, une fois encore,à l’heure du casse-croûte, où le verre de rouge, le lard et le fromage de chèvre à 9h30 du matin vous paraissent tout ce qu’il y a de plus évident.
Que ce soit des souvenirs olfactifs. Car les vendanges ont une odeur caractéristique. Une odeur qui embaume toutes les maisons de vigneron à 100 mètres à la ronde. Une odeur de raisins et d’alcool indéfinissable pour ceux qui ne l’auraient jamais senti.
Que ce soit, aussi, le matin à 7h30, à peine réveillés, entassés dans un camion, un fourgon ou une voiture, tels du bétail se rendant à l’abattoir (l’image est très parlante mais tellement vraie). Que ce soit, le soir après 8h de travail acharné, où tout le monde rit et chante à tue-tête pour évacuer la fatigue caractéristique.
Que ce soit le soir, dans le dortoir, à parler des heures durant sans réveiller ses voisins de chambrée qui, de toute manière, tellement fatigués de la semaine écoulée, ne seraient pas réveillés par grand chose.
Que ce soit à devoir remonter le moral d’un ou une jeune de 18 ans en pleurs qui ne pensaient pas que les vendanges seraient aussi dures. Mais qui veut rester plus que tout pour se prouver qu’il peut le faire.
(Ca, c’est un souvenir personnel) Que ce soit de la première personne que l’on menace de renvoyer (puis après, ça devient une habitude). Car elle manque de respect, ne travaille pas, est toujours dernière dans les vignes et réclame aux plus rapides de venir l’aider dès qu’ils auront fini leur rang. Que ce soit son regard lorsqu’elle apprend, en pleine journée, que c’est fini et qu’elle repart ce soir. Ou dans l’heure qui vient.

Des souvenirs olfactifs et auditifs.

Car les vendanges dans le Beaujolais, comme sûrement partout ailleurs, c’est un ensemble d’éléments bien particuliers qui, réunis, donnent cette ambiance entre-deux-mondes :

  • le bruit des raisins qui tombent dans le seau ;
  • l’odeur et la sensation désagréable de la brume accrochée aux feuilles de vigne le matin, qui nous mouille pour toute la matinée ;
  • le bruit lointain des conversations auxquelles on aurait bien aimé participer. Mais manque de bol on est trop loin de 2 rangs pour pouvoir se mettre dedans ;
  • certains éclats de rires qui durent, durent , durent ;
  • des chansons populaires et jugées ringardes mais connues de tous, reprises par toute la troupe afin de se donner du courage ;
  • le cri de douleur quand un collègue de galère se coupe pour la 67ème fois avec sa serpette (alors que vous, vous ne vous êtes même pas coupé une petite fois. Vous ne comprenez pas comment les autres font pour être autant meurtris) ;
  • le bruit des tracteurs qui semblent ne plus finir de faire des va-et-vient entre leur cuvage et les vignes ;
  • le bruit des pompes qui tournent sans cesse dans le cuvage. On ne comprend jamais où les tuyaux vont, ni ce à quoi ils servent, mais ils sont bien là. Le bruit aussi, incessant, assourdissant ;
  • le bruit du tapis roulant qui, souvent dans les exploitations viticoles, conduit le raisin jusqu’aux cuves ;
  • l’odeur caractéristique d’une maison de vigneron, qui rayonne et embaume 100 mètres alentours. Des effluves de raisin, d’alcool. E tout un tas d’odeurs caractéristiques mais indéfinissables.
  • l’odeur d’une cuve en fermentation juste avant la pressurée. Une odeur entêtante qui suffit à rendre un homme saoul, en un rien de temps.

Le bruit caractéristique d’un pressoir horizontal dans le Beaujolais.

Le bruit caractéristique d’une pompe, juste avant la pressurée, dans le cuvage de Marcel Durand à Lancié, vigneron.

Bref, dans le Beaujolais, les vendanges sont tout un ensemble de choses bien particulières qui, une fois réunies, prennent un sens tout particulier. Un sens que seuls ceux qui ont déjà participé à cette activité peuvent connaître !

Et vous, avez-vous déjà fait les vendanges ? N’hésitez pas à nous raconter vos histoires, nous en serons friands.

Raisins pressés dans le Beaujolais après les vendanges Morgon 2013 Vendanges dans le Beaujolais 2013 Lancié et Morgon: ombre d'une vendangeuse et d'un porteur Vendanges dans le Beaujolais 2013 Moulin à Vent: un vendangeur au travail Vendanges dans le Beaujolais Morgon 2013 : une vendangeuse coupe un raisin Vendanges dans le Beaujolais morgon : le cuvage, ses pompes, ses tuyaux Vendanges dans le Beaujolais morgon : le tapis roulant qui monte les grappes de raisins dans la cuve

Vendanges 2013 : Beaujolais, les raisins sont-ils mûrs ?

Vous qui lisez ces lignes êtes sûrement au courant : le vignoble Beaujolais est presqu’intégralement planté du cépage Gamay Noir à Jus Blanc.

La première chose à laquelle il faut s’intéresser, lorsqu’on parle de vendanges 2013 dans le Beaujolais, c’est bien évidemment du fruit, en l’occurrence le raisin ! Notre raisin.
Bonne nouvelle, dans la région de Lancié/Morgon/Fleurie/Moulin à Vent, les intempéries ont globalement épargné la qualité du raisin et la récolte s’annonce excellente. Le millésime devrait être prometteur. Les vignes n’ont pas été malades et les traitements ajustés pour recevoir le moins de produits possibles.

Les raisins sont mûrs en apparence, mais en apparence seulement. En effet, ils n’ont toujours pas atteint le taux de sucre nécessaire à l’élaboration du vin. C’est ce qu’on appelle « le degré ».

D’ici quelques jours (une petite dizaine), les grappes de raisin dans ce secteur devrait avoir un taux de sucre supérieur à 10%. Les vendanges 2013 pourront alors débuter.

Dès leur récolte, et une fois mis entiers en cuve, les raisins pourront démarrer leur macération alcoolique. Par le biais de processus chimiques, le sucre contenu dans les raisins se transformera en alcool avant la pressurée. Il est impératif que les grappes de raisins arrivent entières dans les cuves.
Pour en savoir davantage sur le cahier des charges de l’AOC du Beaujolais, c’est ici.

Mais n’allons pas trop vite : nous vous expliquerons tout le processus de vinification en détail lorsque le moment sera venu !

Vendanges 2013 en Beaujolais : les raisins sont-ils mûrs ?

Vendanges 2013 : le Beaujolais se prépare doucement

Les vendanges dans le Beaujolais en 2013 pourraient débuter le 25 septembre

La date officielle de début des vendanges dans le Beaujolais n’est pas encore arrêtée ! Le millésime 2013 sera définitivement bien tardif. Certains annoncent un « ban » des vendanges le 25 septembre mais les instances n’ont toujours pas tranché !

Pour les non-inités, le « ban des vendanges » désigne la date limite avant laquelle il est interdit de commencer la récolte du raisin.
Car oui, les viticulteurs n’ont pas la main-mise sur la date de début des vendanges. Ce sont les instances du Beaujolais, avec la sous-préfecture de Villefranche, qui décident du ban des vendanges, en fonction du taux de sucre dans des échantillons de raisins prélevés dans l’ensemble du vignoble.

Pourtant, les vendanges 2013 se préparent doucement dans le vignoble Beaujolais ! Les viticulteurs n’ont plus l’habitude de prendre leur temps, tout du moins plus de temps, pour se préparer à la récolte entre la fin de l’été et la période effective de la récole.

En ce moment, si vous vous rendez dans le Beaujolais et venez rendre visite à un vigneron, il est fort à parier que vous le trouviez dans son cuvage, à tout mettre en place pour le grand jour.

Les raisins, quant à eux, mûrissent sans aucun problème. Le millésime 2013, malgré un printemps décevant, s’annonce plutôt excellent. La suite, dans votre verre dès le 21 novembre prochain à minuit, date de la sortie officielle du Beaujolais Nouveau 2013 !

Les jours qui viennent, nous vous feront découvrir ce qui se passe en ce moment dans le cuvage d’un vigneron du Beaujolais ! Alors restez connectés et suivez nos actualités. Une petite connexion par jour, ça ne coûte pas grand chose. Et puis vous pouvez aussi parler de notre site à vos contacts ou sinon, rejoindre notre page facebook de la manière la plus simple possible :

L’été est fini : les vendanges arrivent dans le Beaujolais !

Les vendanges en Beaujolais : démarrage fin septembre.

On va commencer cet article avec un petit rappel lexical important car tout le monde, ou presque, a oublié qu’il existait une distinction entre ces deux termes :

  • le viticulteur est le professionnel qui s’occupe de cultiver la vigne ;
  • le vigneron est le professionnel qui s’occupe de cultiver la vigne, de vinifier les raisins puis d’élever ses vins.

Pour être plus parlant : quelqu’un qui travaillera dans ses vignes sans avoir de cuvage et emmènera ses raisins dans une cave coopérative sera considéré comme un viticulteur. Une personne qui s’occupera de toute la chaîne de production, de la taille de la vigne, en passant par la récolte puis la vinification, jusque parfois la mise en bouteille puis la commercialisation, sera considéré comme un vigneron.

Maintenant que les choses sont plus claires pour tout le monde, on va pouvoir entrer dans le vif du sujet pour parler des vendanges dans le Beaujolais.

Fin septembre, les vendanges 2013 dans le Beaujolais débuteront.  Une année bien tardive avec de nouvelles traditions.

Beaujolais : des vendanges 2013 bien tardives !

On se croirait retournés 25 ans en arrière.
A cette période, il était plus que fréquent que la date des vendanges soit fixée aux alentours du 25 septembre. D’ailleurs, dans la mémoire collective, les vendanges n’annoncent-elles pas l’automne, la fin d’un nouveau cycle autour duquel tout est bâti ?

Nous nous sommes habitués, au fil des années, à voir les vendanges s’avancer dans le temps. En 2000, la récolte avait débuté chez certains viticulteurs à la fin août. En 2003, certains, dans le vignoble Beaujolais, avaient même débuté les vendanges avant le 15 août. Du jamais vu ! Depuis lors, le début de la récolte à la fin du mois d’août est devenu courant.
En quinze ans à peine, 5 millésimes ont vu leurs vendanges débuter avant le 1er septembre en Beaujolais.
Ces dernières années, la date du ban des vendanges (la date de début légal autorisé par la Préfecture) oscillait néanmoins autour du 1er septembre. Cela faisait donc quelques années que la récolte n’avait pas débuté aussi tard.

Plusieurs questions se posent : comment vont faire viticulteurs pour recruter des troupes de vendangeurs, eux qui d’ordinaire s’appuyaient largement sur les étudiants ? Le raisin aura-t-il eu suffisamment de temps pour se transformer en Beaujolais Nouveau buvable ? Car oui, le date de sortie du Beaujolais Nouveau est fixée au 21 novembre 2013. Soit 2 petits mois,à peine après le début de la récolte.

Tenez, d’ailleurs : saviez-vous que les vignerons auront le droit de délivrer le Beaujolais Nouveau aux négociants à partir du 15 octobre, soit à peine 3 semaines après le début de la récolte. Moi, personnellement, ça me laisse songeur. Pas vous ?
Pour ce qui concerne les vendangeurs : ce sont souvent des troupes entières, venues des pays de l’Europe de l’Est, qui viennent s’occuper de la récolte. La raison est principalement d’ordre économique. Et puis comme il est encore rare que la récolte du raisin puisse se faire à la machine, en Beaujolais (sauf autorisation exceptionnelle), et que cela risque de durer encore quelques années, le Beaujolais s’enrichit de nouvelles traditions, tout droit venues des ex-républiques Soviétiques.
Dans de nombreuses exploitations, les vendanges d’antan sont belles et bien finies et avec elles, la fin des nombreuses traditions séculaires liées à cette période spécifique.
La Revole, par exemple. Cette soirée qui avait lieu le dernier soir, après la fin des vendanges, mémorable pour toute la troupe et les patrons, disparaît petit à petit. Elle scellait parfois de jolies amitiés ou de belles histoires d’amour naissantes.

Le Beaujolais change, s’adapte lentement à son époque. Mais ce qui est sûr, c’est que dans 50 ans encore, le raisin se récoltera toujours, d’une manière ou d’une autre, avec sûrement d’autres traditions encore, sur les coteaux Beaujolais.